Enquêtes-reportages

Juin 1993 - Le Nouvel économiste

Gardanne : l’impossible reconversion ?

Faut-il subventionner le travail plutôt que de financer le chômage ? Le débat que l’on croyait emporté par les solutions libérales est relancé avec les difficultés du bassin minier de Gardanne. Un bassin d’emploi entre Aix et Marseille qui vit de deux grandes activités : la production d’alumine avec Péchiney et l’extraction du lignite. Des corons, des terrils du soleil qui ont façonné le paysage et la ville avec un melting-pot de migrants polonais, algériens, espagnols, italiens. 1500 mineurs en activités suspendus aux choix ministériels. Le couperet de 1998 a été repoussé après l’an 2000 par Gérard Longuet. Un choix néanmoins contesté par le maire communiste de Gardanne Roger Méï. « Un chômeur coût plus cher qu’un mineur, plaide-t-il. La mine est rentable. La production par mineur est une des meilleures d’Europe et le charbon est, de l’avis de tous les experts, une énergie d’avenir ». Credo pour l’embauche qui s’appuie sur les lourds investissements réalisés tant dans l’automatisation du fond que dans la nouvelle centrale thermique à lit fluidisé spécialement étudiée pour traiter sans pollution le charbon de Gardanne.
Et refus d’une stratégie de diversification. Gardanne remarquablement situé à proximité d’Aix, sur la voie ferrée, à côté des autoroutes vers Nice Lyon ou Montpellier aurait pu mieux qu’Aubagne attirer tout un tissu de petites et moyenne entreprises et sortir de la mono-industrie en douceur. La municipalité ne s’y est engagée qu’avec réticences, gardant une taxe professionnelle très élevée, limitant les espaces accessibles. La reconversion pour Roger Méï est « un trompe l’œil ».
Jean-Claude Gaudin veut bien s’engager dans une politique de reconversion, mais il demande du temps. Et il a pris fermement position contre les propos de Gérard Longuet à l’assemblée nationale qui ont mis le feu aux poudres. « Maladresse » explique-t-on au cabinet du président du conseil régional. Mais la Région met les points sur les « il ». Plus question de subventionner par exemple une chaudière à lit fluidisé et de ne pas être consulté sur l’avenir industriel de la centrale ! Jean-Claude Gaudin a fait voter jeudi une motion par l’Assemblée régionale. Il demande une véritable stratégie de reconversion qui s’étale jusqu’en 2010 et qui s’appuie sur une étude sérieuse de l’impact économique de la fermeture des houillères. Avec la possibilité de maintenir en Provence un site de recherche sur le charbon et les techniques d’extraction.
Le syndrome La Ciotat hante les élus. Tous les ingrédients sont là : une mono-activité en péril, un noyau cégétiste dur… et des atermoiements gouvernementaux. Jean-Claude Gaudin tire les conclusions de la situation difficile dans laquelle se retrouve son ami Jean-Pierre Lafond, Maire de La Ciotat. Il ne suffit pas de remplacer un maire communiste par un maire libéral. Malgré des aides substantielles de la Région : un pacte urbain, un lycée, un plan Agir, la cité est au bord de la faillite. Les fournisseurs attendent parfois plus d’un an le règlement de leur facture, la Chambre régionale des comptes est au chevet du malade. Jean-Pierre Lafond a maintenu un appareil municipal pléthorique, engagé des investissements importants alors que les recettes de la ville sont en baisse. Il n’a pu boucler ses budgets qu’en privatisant chaque année un service municipal. « J’ai été un libéral excessif », confesse-t-il aujourd’hui, alors que ses propres amis se lassent de ses méthodes autoritaires. Crise qui incite donc à prendre le dossier des Houillères très au sérieux, quitte à « aider le gouvernement » à prendre des décisions plus sages. N’oublions pas que le député de la circonscription de Gardanne est un certain Bernard Tapie…

Christian Apothéloz


Ecouter le répondeur historique de l'agence Sudreporter
Téléchargez Flash Player pour voir le lecteur.

> Juin 2006. Textile. oui, il fallait craindre le démantèlement des quotas et l’ouverture de l'OMC à la Chine.

> Mai 2006. Alger : trop proche, donc trop loin ?

> Janvier 2006. Accompagner plus et mieux les aventuriers de l’emploi.

> Juin 2005. Pôle de compétitivité : le réveil de la région Provence Alpes Côte d’Azur.

> Mai 2005. Cité euro-méditerranéenne de la mode. Les couleurs du Sud face à l’offensive asiatique.

> Août 2002. Les bons réseaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur : place aux jeunes.

> Août 2002. Sous le soleil exactement… l’entreprise.

> Mars 2002. Alcatel space à Cannes, plus qu’une entreprise, une légende.

> Juillet 2001. Saga Provence, Marseille, la Provence telle quelle et autrement.

> Juillet 2001. Avignon : l’envers du « off ».

> Mars 2001. Une ville une entreprise, La mine à Gardanne : objectif production zéro.

> Mars 2001. Une ville une entreprise, Rousset Atmel et ST Microelectronics.

> Mars 2001. Avec le TGV, une nouvelle eurorégion ?

> Mars 2001, Prix de l'initiative locale. Correns (Var). la valeur ajoutée du bio.

> Février 2001, Berytech en 2001: premier technopôle arabe du Moyen-Orient.

> Février 2001, Liban : La présence française « laïcisée ».

> Mars 2000, dossier. À Marseille, la Méditerranée est une évidence.

> Janvier 2000. Société marseillaise de crédit, une privatisation en douceur… et fermeté

> Avril 1999. Nice, Marseille, un fauteuil pour deux ?

> Avril 1999. Nice/Marseille : la guerre des tourismes.

> Janvier 1999. Enquête pour l'Église réformée de France parue dans le livre "La tentation de l’extrême droite". Paru en mai 2000, Editions Les bergers et les mages.

> Mars 1998. Marseille, Enquête agroalimentaire. Quand l’agroalimentaire devient un art… culinaire.

> Mars 1998. Médiapôle Saint Césaire. la maison des « cartoon »

> Mars 1998. Sophia reste la locomotive de la Côte d’Azur.

> Février 1998. Paca, Le pari technologique, douze ans après.

> Juin 1997. Il était une fois… Rousset la capitale française de la micro-électronique.

> Novembre 1996. Le groupe Hachette annonce le lancement du nouveau quotidien “La Provence”  ou  Le deuxième enterrement de Gaston Defferre.

> Juillet 1996. Fraude nigériane : comment blanchir les dollars ?

> Juin 1996. Le pizzaïolo, intégrateur social.

> Janvier 1996. Marseille, les soleils de la planète rap.

>Décembre 1995. Circuit Paul Ricard

> Mai 1995. Les 25 ans de Sophia-Antipolis, carrefour virtuel du savoir.

>Février 1995. Le projet de l'année, Euroméditerranée, projet centenaire.

> Février 1995. Marseille, élections municipales en vue, l'heure de Gaudin ?

> Mai 1994. Marseille sur Méditerranée cherche sa voie au Sud.

> Mars 1994. Fos, du mirage à la gestion

> Novembre 1993. Combat de titans autour d’une poubelle

> Octobre 1993. Dossier Marseille sort de sa torpeur.

> Septembre 1993. Marseille : ouverture du premier tunnel urbain à péage… et plan de circulation.

> Septembre 1993. Une issue à la énième crise de Sud Marine ?

> Septembre 1993. L'étang de Berre, de plan en plan.

> Septembre 1993. Marseille : Accor mélange ses étoiles.

> Septembre 1993. Marseille : Tapie rebondira-t-il ?

> Septembre 1993. Marseille : SOS Aménagement, le TGV se traîne.

> Aout 1993: Le Port désespère Marseille.

> Juillet 1993. En finir avec la décharge d’Entressen ?

> Juillet 1993. Marseille, La Canebière fait peau neuve

> Juillet 1993. Chambre régionale des comptes de Provence Alpes Côte d’Azur : Alain Seyriex remet les comptes à zéro.

> Juillet 1993. Port, la guerre des nerfs.

> Juillet 1993. Métropole, Zinzins unissez-vous !

> Juillet 1993. Marseille, indépendance ?

> Juin 1993. Fos-sur-Mer, 20 ans après.

> Juin 1993. Gardanne : l'impossible reconversion ?

> Juin 1993. Sous-traitance et dépendance ou la tragédie du monoclient.

> Juin 1993. Marseille veut offrir une vitrine à sa recherche médicale, une Villa Hippocrate.

> Juillet 1992. Sur les traces du Marquis de Sade en Provence, de Saumane à Marseille

> La tradition protestante à Marseille : 450 ans d’histoire.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic - Réalisation : Sitweb Concept