Enquêtes-reportages

Septembre 1993. Nouvel économiste.

Une issue à la énième crise de Sud Marine ?

La crise de Sud Marine mobilise les énergies marseillaises, à la recherche d’un consensus et d’une intervention de l’État. Alors que le port désespère les plus optimistes.

Le dossier des dockers lasse la ville. Plus personne ne comprend rien aux positions des uns et des autres, aux trêves, aux négociations, aux ruptures de négociations, aux déclarations de paix et aux actes de guerre sociale. Tout le monde comprend par contre que le port est boycotté par les armateurs et que la contre-publicité du conflit tue à petit feu tous les efforts commerciaux du port. Le président de la Chambre de commerce a tenté une nouvelle médiation sur le problème des trafics corses, il a cru aboutir puis s’est vu démentir par les protagonistes. Le maire de Marseille, Robert Vigouroux, dans son interview de rentrée accordée au Provençal accuse: ”Qu’un nombre aussi restreint de personnes puisse avoir une influence aussi négative sur toute une population n’est pas acceptable”. Et le premier magistrat en appelle à un Grenelle du port avec toutes les parties concernées et l’État. Cette ville frondeuse vit dans le paradoxe d’une indépendance revendiquée et d’une dépendance constante vis-à-vis des cabinets parisiens. Avec nostalgie, on se lamente à droite comme à gauche, “de ne pas avoir de ministre”.
La crise de Sud marine le prouve. Sur ce dossier, toutes les collectivités locales sont d’accord. Haro sur Elf qui refuse de confier ses plates-formes offshore à l’entreprise phocéenne au profit de la Lyonnaise des eaux. Haro sur le ministre de l’industrie Gérard Longuet qui met en doute les capacités gestionnaires du patron de Sud Marine. Et unanimité pour élargir le débat autour de Sud marine.
Jean-Noël Guérini, vice-président du Conseil général 13 s’est déclaré prêt au Club de la presse de Marseille à investir 10 MF, via le port, pour moderniser les formes de radoub. Yves Bonnel, adjoint au maire, chargé de l’économie est prêt à faire “d’amicales” pressions sur les grands prestataires de la ville pour qu’ils passent des commandes de chaudronnerie industrielle à Sud Marine et la Chambre de commerce propose de réaliser une véritable étude de marché sur l’offshore et la réparation navale. Jean-Claude Gaudin, lui est monté au créneau à plusieurs reprises auprès des ministres en particulier auprès de Gérard Longuet pendant l’université d’été du Parti républicain.
L’enjeu dépasse l’avenir de la seule société Sud Marine. Car les marchés de réparation navale n’iront pas forcément à sa seule concurrente, la CMR. Guy Larrue, Pdg de Sud marine est clair: “La présence de deux sociétés laisse un choix aux armateurs. Ils ne viendront pas dans un port où une seule entreprise ferait la loi”. Ce que défend Marseille, à travers les emplois Sud marine, c’est l’intégralité de son outil portuaire: la capacité d’accueillir les navires, de les charger et décharger, mais aussi d’y effectuer des réparations lourdes. Il est fort probable que Guy Larrue devra renoncer à l’aventure de l’offshore pour se concentrer, avec un effectif réduit à la seule réparation navale et chaudronnerie industrielle. Mais là encore tout dépend du bon vouloir de l’État. Le patron marseillais a dans ses cartons depuis plusieurs mois un plan social que le Ciri lui refuse. Les discussions renouées depuis mardi dernier avec le ministère de l’industrie devraient permettre de trouver une issue à la énième crise de Sud Marine, en lui donnant enfin de vraies chances de développement.

Christian Apothéloz


Ecouter le répondeur historique de l'agence Sudreporter
Téléchargez Flash Player pour voir le lecteur.

> Juin 2006. Textile. oui, il fallait craindre le démantèlement des quotas et l’ouverture de l'OMC à la Chine.

> Mai 2006. Alger : trop proche, donc trop loin ?

> Janvier 2006. Accompagner plus et mieux les aventuriers de l’emploi.

> Juin 2005. Pôle de compétitivité : le réveil de la région Provence Alpes Côte d’Azur.

> Mai 2005. Cité euro-méditerranéenne de la mode. Les couleurs du Sud face à l’offensive asiatique.

> Août 2002. Les bons réseaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur : place aux jeunes.

> Août 2002. Sous le soleil exactement… l’entreprise.

> Mars 2002. Alcatel space à Cannes, plus qu’une entreprise, une légende.

> Juillet 2001. Saga Provence, Marseille, la Provence telle quelle et autrement.

> Juillet 2001. Avignon : l’envers du « off ».

> Mars 2001. Une ville une entreprise, La mine à Gardanne : objectif production zéro.

> Mars 2001. Une ville une entreprise, Rousset Atmel et ST Microelectronics.

> Mars 2001. Avec le TGV, une nouvelle eurorégion ?

> Mars 2001, Prix de l'initiative locale. Correns (Var). la valeur ajoutée du bio.

> Février 2001, Berytech en 2001: premier technopôle arabe du Moyen-Orient.

> Février 2001, Liban : La présence française « laïcisée ».

> Mars 2000, dossier. À Marseille, la Méditerranée est une évidence.

> Janvier 2000. Société marseillaise de crédit, une privatisation en douceur… et fermeté

> Avril 1999. Nice, Marseille, un fauteuil pour deux ?

> Avril 1999. Nice/Marseille : la guerre des tourismes.

> Janvier 1999. Enquête pour l'Église réformée de France parue dans le livre "La tentation de l’extrême droite". Paru en mai 2000, Editions Les bergers et les mages.

> Mars 1998. Marseille, Enquête agroalimentaire. Quand l’agroalimentaire devient un art… culinaire.

> Mars 1998. Médiapôle Saint Césaire. la maison des « cartoon »

> Mars 1998. Sophia reste la locomotive de la Côte d’Azur.

> Février 1998. Paca, Le pari technologique, douze ans après.

> Juin 1997. Il était une fois… Rousset la capitale française de la micro-électronique.

> Novembre 1996. Le groupe Hachette annonce le lancement du nouveau quotidien “La Provence”  ou  Le deuxième enterrement de Gaston Defferre.

> Juillet 1996. Fraude nigériane : comment blanchir les dollars ?

> Juin 1996. Le pizzaïolo, intégrateur social.

> Janvier 1996. Marseille, les soleils de la planète rap.

>Décembre 1995. Circuit Paul Ricard

> Mai 1995. Les 25 ans de Sophia-Antipolis, carrefour virtuel du savoir.

>Février 1995. Le projet de l'année, Euroméditerranée, projet centenaire.

> Février 1995. Marseille, élections municipales en vue, l'heure de Gaudin ?

> Mai 1994. Marseille sur Méditerranée cherche sa voie au Sud.

> Mars 1994. Fos, du mirage à la gestion

> Novembre 1993. Combat de titans autour d’une poubelle

> Octobre 1993. Dossier Marseille sort de sa torpeur.

> Septembre 1993. Marseille : ouverture du premier tunnel urbain à péage… et plan de circulation.

> Septembre 1993. Une issue à la énième crise de Sud Marine ?

> Septembre 1993. L'étang de Berre, de plan en plan.

> Septembre 1993. Marseille : Accor mélange ses étoiles.

> Septembre 1993. Marseille : Tapie rebondira-t-il ?

> Septembre 1993. Marseille : SOS Aménagement, le TGV se traîne.

> Aout 1993: Le Port désespère Marseille.

> Juillet 1993. En finir avec la décharge d’Entressen ?

> Juillet 1993. Marseille, La Canebière fait peau neuve

> Juillet 1993. Chambre régionale des comptes de Provence Alpes Côte d’Azur : Alain Seyriex remet les comptes à zéro.

> Juillet 1993. Port, la guerre des nerfs.

> Juillet 1993. Métropole, Zinzins unissez-vous !

> Juillet 1993. Marseille, indépendance ?

> Juin 1993. Fos-sur-Mer, 20 ans après.

> Juin 1993. Gardanne : l'impossible reconversion ?

> Juin 1993. Sous-traitance et dépendance ou la tragédie du monoclient.

> Juin 1993. Marseille veut offrir une vitrine à sa recherche médicale, une Villa Hippocrate.

> Juillet 1992. Sur les traces du Marquis de Sade en Provence, de Saumane à Marseille

> La tradition protestante à Marseille : 450 ans d’histoire.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic - Réalisation : Sitweb Concept