Enquêtes-reportages

Mars 1998 - Le Nouvel économiste

Sophia reste la locomotive
de la Côte d’Azur

Après les années de doute, liées à la crise mondiale du secteur de l’informatique, Sophia affiche cette année une bonne santé insolente. La technopole azuréenne engrange les résultats de son positionnement sur les technologies de l’information.

En 1997, la technopole de Sophia-Antipolis a enregistré 2 596 recrutements nouveaux, elle a perdu 1 084 emplois, ce qui laisse un gain net de plus de 1 500 emplois. Avec 18 536 emplois directs, 1103 entreprises rassemblées sur le site, la technopole demeure la locomotive de l’économie azuréenne, elle fait vivre un habitant des Alpes maritimes sur huit.
La crise n’est pourtant pas achevée. La perte d’un millier d’emplois est plus forte que lors des années noires 93/94 par exemple, mais le dynamisme économique permet de combler largement les pertes. Signe des mutations de Sophia, la création d’emploi est en majorité le fait d’entreprises stables (1 800 emplois). « La crise, explique François Kester est devenue un facteur de développement. Lorsque Digital a réduit ses effectifs, les cadres, les chercheurs sont devenus une « work force » disponible qui s’est investie dans la création d’entreprise ou qui a fourni aux nouveaux arrivants une main-d’œuvre hautement qualifiée. » Une jeune société américaine Bay Net work spécialisée dans l’interconnexion des réseaux de télécommunication a recruté sur place des ingénieurs de Digital alors qu’elle ne trouvait pas de collaborateurs dans la Silicon valley.

Les Français d’abord ?

L’atout essentiel de la technopole est pour François Kester son « multiculturalisme ». Presse locale anglo-saxonne, radio anglophone, établissements de formation internationaux, pratique courante du multilinguisme, sont des critères décisifs pour les entreprises « flottantes » internationales. À tel point que la préfecture des Alpes maritimes a, en 97, traité 869 demandes de cartes de séjour de ressortissants de 60 pays, pour les entreprises du site, un emploi nouveau sur quatre est tenu par un étranger. Les entreprises à capital étranger représentent un quart des emplois du parc et ils sont en croissance de 23 %. Les États unis se taillent la part du lion avec 2 200 emplois, les capitaux européens sont à l’origine de 1700 emplois.
Le choix des technologies de l’information comme axe de développement a boosté Sophia. « Le changement majeur de ces dernières années, souligne Pierre Laffitte, est que nous sommes reconnus comme un pôle des technologies de l’information. Dans la Silicon valley, au Japon, Sophia est clairement identifié. » 1997 marquera un tournant avec une percée inédite sur le marché allemand. Huit sociétés germaniques ont choisi la Côte d’Azur l’an dernier, dont Siemens qui faisait l’objet de toutes les attentions depuis fort longtemps.

Une charte de relance

Sophia amorce ainsi un redéploiement prometteur. à la fin des années soixante, lorsque Pierre Laffitte lance l’idée d’un "quartier latin aux champs", d’une "cité internationale de la sagesse, des sciences et des techniques", la Côte d’Azur se complaît dans son rôle de tourisme et de villégiature pour le troisième âge. Au printemps 1970, le directeur de l’École des mines d’alors, Claude Daunesse réservait 10 hectares de terrain sur une zone d’activité scientifique qui serait créée au nord d’Antibes. C’était la première délocalisation, totalement volontaire, soutenue le patron de la Datar d’alors, Jérôme Monod. Enfant naturel de mai 68, Sophia Antipolis, naissait. La technopole s’est d’abord affirmée comme lieu d’implantation de grandes sociétés internationales. Puis, dans les années quatre-vingt, les services, les Pme ont pris le relais. Mais dans le milieu des années quatre-vingt-dix, au moment où le parc dépassait le millier de raisons sociales, il s’essoufflait. Les grands groupes qui avaient fait son bonheur pliaient bagage comme Dow chemical, ou dégraissaient les effectifs comme Digital ou Thomson. Pire, Sophia voyait Grenoble ou Rousset dans les Bouches du Rhône lui ravir la vedette et capter des implantations significatives (Hewlet Packard, Rank Xérox, SGS Thomson…). Les acteurs sur le terrain ont eu du mal, après la chute du système autocratique de Jacques Médecin, à retrouver un discours commun. Une Charte de relance de Sophia a finalement été signée le 30 octobre dernier et qui propose « l’organisation d’un réseau fonctionnel de développement, de promotion, de prospection et de gestion… »

L’option télécom

Mais le rebond de Sophia est dû au choix des télécommunications. Une option que le sénateur Pierre Laffitte impulse dès la fin des années quatre-vingt avec l’Installation de l’Institut européen des normes à Sophia, la création de clubs et associations qui agitent le milieu et tissent des liens avec la cyber planète : Télécom Valley, Club Mitsa, le "Club multimédia, interactivité, téléactivité de Sophia Antipolis", l’Imet, l’Institut méditerranéen de téléactivité, Data base forum… Le Centre international de communication avancée, le Cica, un World trade center multimédia, lancé en 85 par le Conseil général, ouvert en 89, après un démarrage difficile, affiche complet avec une cinquantaine d’entreprises, des start-up pour la plupart, et 200 nouveaux emplois.

Pôle cherche terrains…

À tel point que Sophia est clairement identifié dans le rapport de Didier Lombard et Gilles Kahn, comme un pôle privé de télécommunication : « Les entreprises y ont davantage une vocation de développement, principalement dans les réseaux d’entreprises que de recherche proprement dite. C’est le cas de la plupart des grands constructeurs internationaux présents (DEC, IBM, Lucent technologies, Bay Network, Ascend communication, Texas instruments, Rockwell international…) mais aussi des opérateurs comme Sita et France Télécom. » La recherche est représentée par l’Inria, l’Institut Eurécom, et dans une moindre mesure l’université et le CNRS.
1998 devrait confirmer ces tendances, si le prix du foncier ne dissuade pas les entrepreneurs. Victime de son attractivité internationale, la Côte d’Azur affiche des prix de terrain, de construction et de logement prohibitifs, lorsqu’elle ne doit pas avouer une pénurie de locaux industriels adaptés. Seulement 20 % des sociétés sophipolitaines sont propriétaires de leurs locaux. Une situation que la Saem de Sophia n’a pas su anticiper et qui limite le champ de la prospection internationale : seules des entreprises qui emploient des salariés à hauts revenus, peuvent envisager une implantation entre Nice et Antibes.

Chirstian Apothéloz


Ecouter le répondeur historique de l'agence Sudreporter
Téléchargez Flash Player pour voir le lecteur.

> Juin 2006. Textile. oui, il fallait craindre le démantèlement des quotas et l’ouverture de l'OMC à la Chine.

> Mai 2006. Alger : trop proche, donc trop loin ?

> Janvier 2006. Accompagner plus et mieux les aventuriers de l’emploi.

> Juin 2005. Pôle de compétitivité : le réveil de la région Provence Alpes Côte d’Azur.

> Mai 2005. Cité euro-méditerranéenne de la mode. Les couleurs du Sud face à l’offensive asiatique.

> Août 2002. Les bons réseaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur : place aux jeunes.

> Août 2002. Sous le soleil exactement… l’entreprise.

> Mars 2002. Alcatel space à Cannes, plus qu’une entreprise, une légende.

> Juillet 2001. Saga Provence, Marseille, la Provence telle quelle et autrement.

> Juillet 2001. Avignon : l’envers du « off ».

> Mars 2001. Une ville une entreprise, La mine à Gardanne : objectif production zéro.

> Mars 2001. Une ville une entreprise, Rousset Atmel et ST Microelectronics.

> Mars 2001. Avec le TGV, une nouvelle eurorégion ?

> Mars 2001, Prix de l'initiative locale. Correns (Var). la valeur ajoutée du bio.

> Février 2001, Berytech en 2001: premier technopôle arabe du Moyen-Orient.

> Février 2001, Liban : La présence française « laïcisée ».

> Mars 2000, dossier. À Marseille, la Méditerranée est une évidence.

> Janvier 2000. Société marseillaise de crédit, une privatisation en douceur… et fermeté

> Avril 1999. Nice, Marseille, un fauteuil pour deux ?

> Avril 1999. Nice/Marseille : la guerre des tourismes.

> Janvier 1999. Enquête pour l'Église réformée de France parue dans le livre "La tentation de l’extrême droite". Paru en mai 2000, Editions Les bergers et les mages.

> Mars 1998. Marseille, Enquête agroalimentaire. Quand l’agroalimentaire devient un art… culinaire.

> Mars 1998. Médiapôle Saint Césaire. la maison des « cartoon »

> Mars 1998. Sophia reste la locomotive de la Côte d’Azur.

> Février 1998. Paca, Le pari technologique, douze ans après.

> Juin 1997. Il était une fois… Rousset la capitale française de la micro-électronique.

> Novembre 1996. Le groupe Hachette annonce le lancement du nouveau quotidien “La Provence”  ou  Le deuxième enterrement de Gaston Defferre.

> Juillet 1996. Fraude nigériane : comment blanchir les dollars ?

> Juin 1996. Le pizzaïolo, intégrateur social.

> Janvier 1996. Marseille, les soleils de la planète rap.

>Décembre 1995. Circuit Paul Ricard

> Mai 1995. Les 25 ans de Sophia-Antipolis, carrefour virtuel du savoir.

>Février 1995. Le projet de l'année, Euroméditerranée, projet centenaire.

> Février 1995. Marseille, élections municipales en vue, l'heure de Gaudin ?

> Mai 1994. Marseille sur Méditerranée cherche sa voie au Sud.

> Mars 1994. Fos, du mirage à la gestion

> Novembre 1993. Combat de titans autour d’une poubelle

> Octobre 1993. Dossier Marseille sort de sa torpeur.

> Septembre 1993. Marseille : ouverture du premier tunnel urbain à péage… et plan de circulation.

> Septembre 1993. Une issue à la énième crise de Sud Marine ?

> Septembre 1993. L'étang de Berre, de plan en plan.

> Septembre 1993. Marseille : Accor mélange ses étoiles.

> Septembre 1993. Marseille : Tapie rebondira-t-il ?

> Septembre 1993. Marseille : SOS Aménagement, le TGV se traîne.

> Aout 1993: Le Port désespère Marseille.

> Juillet 1993. En finir avec la décharge d’Entressen ?

> Juillet 1993. Marseille, La Canebière fait peau neuve

> Juillet 1993. Chambre régionale des comptes de Provence Alpes Côte d’Azur : Alain Seyriex remet les comptes à zéro.

> Juillet 1993. Port, la guerre des nerfs.

> Juillet 1993. Métropole, Zinzins unissez-vous !

> Juillet 1993. Marseille, indépendance ?

> Juin 1993. Fos-sur-Mer, 20 ans après.

> Juin 1993. Gardanne : l'impossible reconversion ?

> Juin 1993. Sous-traitance et dépendance ou la tragédie du monoclient.

> Juin 1993. Marseille veut offrir une vitrine à sa recherche médicale, une Villa Hippocrate.

> Juillet 1992. Sur les traces du Marquis de Sade en Provence, de Saumane à Marseille

> La tradition protestante à Marseille : 450 ans d’histoire.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic - Réalisation : Sitweb Concept