Christian Apothéloz
christian apothéloz   
Enquêtes - Reportages  

Mission à Beyrouth Du 18 au 25 février 2001 pour Marseille Innovation

Berytech en 2001 :
premier technopôle arabe du Moyen-Orient

Berytech en 2001 : premier technopôle arabe du Moyen-Orient

« Nous avons fait le pari d’être là pendant la guerre, nous faisons le pari de la paix. » L’engagement inédit, d’un père jésuite dans la construction d’un technopôle et d’une pépinière d’entreprise tient dans cette petite phrase. Le père Bruno Sion, 56 ans, est un homme du nord de la France, neuvième enfant d’une famille de treize, un homme de forte stature, au regard pétillant, discret derrière sa barbe rousse. Mathématicien avant de devenir jésuite, il a choisi le Liban après un premier stage à Kfarfalous en 1983. L’université Saint Joseph, avec l’Hôtel Dieu de France est une institution de poids à Beyrouth. Avec ses 7 400 étudiants, elle contribue fortement à la formation des élites du pays L’enseignement supérieur se partage principalement entre l’Université nationale libanaise, université d’État, l’AUB, American university of Beyrouth, la LAU, Université libano-américaine toutes deux héritées des actions évangélistes américains et l’université orthodoxe de Balamant. Une formation supérieure marquée par les clivages confessionnels, même si la mixité religieuse gagne du terrain.

L’École supérieure d’ingénieurs de Beyrouth est installée dans un campus sur les collines de Beyrouth. Un site remarquable. Luminy qui serait implanté sur la colline de Notre Dame de la Garde. Une vue à 300 degrés sur la capitale du Liban et sur la baie de Jounieh.

« Il y a 26 technopôles en Israël,
constate Maroun Asmar, le père de ce projet et un seul au Moyen-Orient arabe, le nôtre ». Ingénieur, il a fait son stage aux chantiers de La Ciotat, professeur, Aroun Asmar a appris depuis plus de 20 ans à travailler avec les jésuites. Patron de tout l ‘enseignement technologique de Saint Joseph, il couve son projet Bérytech. Il surveille le ferraillage des murs, convainc les banquiers, use de ses relations avec le Premier ministre pour que ses jeunes étudiants puissent entreprendre au pays. Pas question d’en faire une annexe de Saint-Joseph. Bérytech veut tisser des liens avec toutes les universités, les ponts sont jetés avec l’Université libanaise, établissement public, avec l’Université américaine, la grande rivale. Des discussions sont en cours avec le Cnrs. « Nous rechercherons l’excellence là où elle se trouve » affirme-t-il.. C’est la Saem de Sophia Antipolis qui conseille Saint Joseph dans l’élaboration du projet. Une consultante française, Jacqueline Lascaux, est en charge du montage et du suivi.

Et Maroun Asmar veut aller vite. Le chantier, est une ruche, les bétonnières coulent le second étage…et la société de gestion du technopôle est en cours de constitution, le tour de table se discute encore et la société immobilière est pour plus tard. La première pierre a été posée le 9 novembre 2000 et le technopôle beyrouthin sera inauguré lors du sommet de la francophonie en octobre. En attendant, c’est Saint Joseph qui offre ses terrains et porte le projet. Le Campus des sciences et technologies de Mar Roukos a de l’espace à revendre. Le bâtiment en V, face à la cité phoenicienne accueillera incubateur, pépinière et hôtel d’ entreprises. Le technopôle sera géré par une société en commandite par action, Bérytech scal, dont le commandité est la Sarl Recherche et développement contrôlée par l’Université Saint Joseph. Le tour de table réunit des banquiers de la place et des entreprises. Projet privé, Bérytech attend de l’État libanais l’implantation de laboratoires de recherches, des facilités fiscales, et des infrastructures de communication. Rafic Hariri, Premier ministre a promis un abattement de 50 % d’impôts pour les sociétés.

« Nous recherchons, indique Bruno Sion, d’une part des porteurs de projets qui vont trouver un environnement technique, scientifique et humain favorable, d’autre part des sociétés internationales. Nous avons 2 000 m2 à mettre à leur disposition ». (À un prix compétitif de 165 $ le m2) Quatre secteurs sont visés : les technologies de l’information, les sciences du vivant, les sciences de la terre et de l’environnement, les e-technologies.

Berytech en 2001 : premier technopôle arabe du Moyen-Orient

Ecouter le répondeur historique de l'agence Sudreporter
Téléchargez Flash Player pour voir le lecteur.

> Juin 2006. Textile. oui, il fallait craindre le démantèlement des quotas et l’ouverture de l'OMC à la Chine.

> Mai 2006. Alger : trop proche, donc trop loin ?

> Janvier 2006. Accompagner plus et mieux les aventuriers de l’emploi.

> Juin 2005. Pôle de compétitivité : le réveil de la région Provence Alpes Côte d’Azur.

> Mai 2005. Cité euro-méditerranéenne de la mode. Les couleurs du Sud face à l’offensive asiatique.

> Août 2002. Les bons réseaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur : place aux jeunes.

> Août 2002. Sous le soleil exactement… l’entreprise.

> Mars 2002. Alcatel space à Cannes, plus qu’une entreprise, une légende.

> Juillet 2001. Saga Provence, Marseille, la Provence telle quelle et autrement.

> Juillet 2001. Avignon : l’envers du « off ».

> Mars 2001. Une ville une entreprise, La mine à Gardanne : objectif production zéro.

> Mars 2001. Une ville une entreprise, Rousset Atmel et ST Microelectronics.

> Mars 2001. Avec le TGV, une nouvelle eurorégion ?

> Mars 2001, Prix de l'initiative locale. Correns (Var). la valeur ajoutée du bio.

> Février 2001, Berytech en 2001: premier technopôle arabe du Moyen-Orient.

> Février 2001, Liban : La présence française « laïcisée ».

> Mars 2000, dossier. À Marseille, la Méditerranée est une évidence.

> Janvier 2000. Société marseillaise de crédit, une privatisation en douceur… et fermeté

> Avril 1999. Nice, Marseille, un fauteuil pour deux ?

> Avril 1999. Nice/Marseille : la guerre des tourismes.

> Janvier 1999. Enquête pour l'Église réformée de France parue dans le livre "La tentation de l’extrême droite". Paru en mai 2000, Editions Les bergers et les mages.

> Mars 1998. Marseille, Enquête agroalimentaire. Quand l’agroalimentaire devient un art… culinaire.

> Mars 1998. Médiapôle Saint Césaire. la maison des « cartoon »

> Mars 1998. Sophia reste la locomotive de la Côte d’Azur.

> Février 1998. Paca, Le pari technologique, douze ans après.

> Juin 1997. Il était une fois… Rousset la capitale française de la micro-électronique.

> Novembre 1996. Le groupe Hachette annonce le lancement du nouveau quotidien “La Provence”  ou  Le deuxième enterrement de Gaston Defferre.

> Juillet 1996. Fraude nigériane : comment blanchir les dollars ?

> Juin 1996. Le pizzaïolo, intégrateur social.

> Janvier 1996. Marseille, les soleils de la planète rap.

>Décembre 1995. Circuit Paul Ricard

> Mai 1995. Les 25 ans de Sophia-Antipolis, carrefour virtuel du savoir.

>Février 1995. Le projet de l'année, Euroméditerranée, projet centenaire.

> Février 1995. Marseille, élections municipales en vue, l'heure de Gaudin ?

> Mai 1994. Marseille sur Méditerranée cherche sa voie au Sud.

> Mars 1994. Fos, du mirage à la gestion

> Novembre 1993. Combat de titans autour d’une poubelle

> Octobre 1993. Dossier Marseille sort de sa torpeur.

> Septembre 1993. Marseille : ouverture du premier tunnel urbain à péage… et plan de circulation.

> Septembre 1993. Une issue à la énième crise de Sud Marine ?

> Septembre 1993. L'étang de Berre, de plan en plan.

> Septembre 1993. Marseille : Accor mélange ses étoiles.

> Septembre 1993. Marseille : Tapie rebondira-t-il ?

> Septembre 1993. Marseille : SOS Aménagement, le TGV se traîne.

> Aout 1993: Le Port désespère Marseille.

> Juillet 1993. En finir avec la décharge d’Entressen ?

> Juillet 1993. Marseille, La Canebière fait peau neuve

> Juillet 1993. Chambre régionale des comptes de Provence Alpes Côte d’Azur : Alain Seyriex remet les comptes à zéro.

> Juillet 1993. Port, la guerre des nerfs.

> Juillet 1993. Métropole, Zinzins unissez-vous !

> Juillet 1993. Marseille, indépendance ?

> Juin 1993. Fos-sur-Mer, 20 ans après.

> Juin 1993. Gardanne : l'impossible reconversion ?

> Juin 1993. Sous-traitance et dépendance ou la tragédie du monoclient.

> Juin 1993. Marseille veut offrir une vitrine à sa recherche médicale, une Villa Hippocrate.

> Juillet 1992. Sur les traces du Marquis de Sade en Provence, de Saumane à Marseille

> La tradition protestante à Marseille : 450 ans d’histoire.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic