Enquêtes-reportages

Juin 2005. La Lettre de l’Institut euroméditerranéen des médias

Pôle de compétitivité :
le réveil de la région
Provence Alpes Côte d’Azur

L’appel à projets lancé par l’État pour la définition de pôles de compétitivité a rencontré dans notre région un succès inespéré. Une douzaine de dossiers ont été remis au Préfet dans des domaines aussi variés que la fleur coupée ou la puce électronique.

Dans notre région, les industriels avaient la mauvaise habitude de jouer solo. Chaque territoire regroupé au pied de ses organisations professionnelles locales défend ses prérogatives, avec ses élus en rangs serrés. L’Estérel reste une muraille de Chine et les frontières départementales des octrois infranchissables. La région est comme son drapeau : un patchwork. Et pourtant l’appel à projets de l’État sur les pôles de compétitivité a fait exploser les frontières traditionnelles. Paca avec sa douzaine de projets arrive en troisième position derrière Paris et Lyon. La question était à la fois simple et complexe : « présentez-nous des pôles d’activité capables de jouer en division européenne ». Il fallait donc s’allier et trouver des partenaires dans la région d’origine voire dans les régions voisines ou cousines. La fleur coupée varoise ou la cité numérique d’Arles, orphelins des autres pôles, auront peu de chances. Ils ont plus la dimension d’un cluster, un système productif local, que d’un pôle européen. Par contre le pôle microélectronique solutions communicantes sécurisées a toujours annoncé la couleur : pas question de se battre contre Grenoble qui a un vrai potentiel, mais le Sud est complémentaire des Alpes par ses activités dans la puce, le logiciel et les télécommunications. Des alliances plus larges se nouent avec le pôle parisien et le pôle rennais. Même démarche pour la photonique, l’optique et l’imagerie. Depuis l’origine du regroupement Pop Sud, Jacques Boulesteix, l’initiateur du projet, a toujours privilégié les relations équilibrées avec des partenaires toulousains ou parisiens.

Des projets collaboratifs d’abord !

Les offres les plus solides émanent naturellement des filières déjà organisées et ayant des habitudes de coopération. C’est le cas avec la microélectronique qui s’appuyant sur le Cremsi a su mettre en place un programme de recherche-développement de plus de cent millions d’euros sur trois ans financés à 50/50 par le privé et le public. Toulon Var technologie a présenté aussi un dossier solide sur les industries liées à la mer, le Vaucluse, et plus précisément Avignon, (soutenu par son maire ministre) a joué l’agroalimentaire des fruits et légumes sans y associer les capacités de transformations qui sont plutôt buchorhodaniennes. Bioméditerranée a reçu son baptême du feu donnant naissance au projet Innovation thérapeutique, mais dans un univers très concurrentiel : une quinzaine de régions concourent dans cette catégorie. Enfin, l’émergence de projets jusque-là méconnus, à l’initiative du CEA de Cadarache ou de l’Europole de l’Arbois, a surpris les observateurs.

Mais que font les Chambres de commerce et d’industrie ?

Les projets sont portés par des organismes très diversifiés : associations professionnelles comme le Cremsi ou Popsud, branches professionnelles, collectivités locales… Le tout avec le soutien de la Mder, la Mission de développement régional, de Méditerranée Technologie et des services de l’État. Un grand absent dans ce concert institutionnel : les chambres de commerce, comme si les industriels n’avaient pas osé déranger ces vieilles dames avec des dossiers aussi urgents. Où est le temps où Henry Mercier, alors président de la CCI de Marseille dessinait le premier contour de ce qui deviendra Euroméditerranée ? Absentes aussi, certaines branches industrielles qui comptent comme la chimie et la pétrochimie, la sidérurgie et l’agroalimentaire de transformation. Nous avons les usines, les managers, mais peu de recherche et peu de formation. Dommage. Le ministère de l’industrie va faire son tri. Des regroupements interrégionaux sont prévus, des rapprochements régionaux sont souhaités. Le Conseil régional qui s’est fortement impliqué dans la démarche s’est engagé lui à soutenir toutes les initiatives.

Une prime fiscale aux zones surdouées ?

Cet appel à projet a réveillé des forces de conception et d’action insoupçonnées. La carotte fiscale a joué un rôle. Le CIADT, le Comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire, avait promis « des exonérations d’impôt sur les sociétés et des allégements de charges sociales aux entreprises participant à des projets de R & D collaboratifs ». Cette défiscalisation annoncée présente un risque de déséquilibre. Un grand groupe choisira par exemple de favoriser la recherche dans la région défiscalisée au détriment d’une autre implantation. Les mesures fiscales étaient jusque-là destinées aux zones défavorisées. Pour la première fois, on offre une prime fiscale aux zones surdouées. Pas sûr que ce soit productif et que l’on ne retrouve pas les logiques qui avaient produit « le désert français ». Par contre la focalisation des aides et soutiens sur les projets collaboratifs est une superbe incitation à sortir de la bunkérisation des territoires, le soutien à l’animation de filières, clusters et technopoles est un levier efficace pour structurer le territoire et enraciner les activités productrices de valeur, donc d’emploi.

Christian Apothéloz, Consultant

 

Les engagements du CIADT

> 750 millions d’€ sur trois ans seront employés pour le développement des pôles de compétitivité ;
> Les ministères sont appelés à consacrer 25 à 30 % de leurs fonds d’intervention aux projets innovants collaboratifs ;
> Des exonérations d’impôt sur les sociétés et des allégements de charges sociales pourront être alloués aux entreprises participant à des projets de R & D collaboratifs ;
> La CDC, l’ANVAR et la BDPME/SOFARIS participeront à cet effort en allouant des fonds et en proposant des aides financières aux pôles.


Ecouter le répondeur historique de l'agence Sudreporter
Téléchargez Flash Player pour voir le lecteur.

> Juin 2006. Textile. oui, il fallait craindre le démantèlement des quotas et l’ouverture de l'OMC à la Chine.

> Mai 2006. Alger : trop proche, donc trop loin ?

> Janvier 2006. Accompagner plus et mieux les aventuriers de l’emploi.

> Juin 2005. Pôle de compétitivité : le réveil de la région Provence Alpes Côte d’Azur.

> Mai 2005. Cité euro-méditerranéenne de la mode. Les couleurs du Sud face à l’offensive asiatique.

> Août 2002. Les bons réseaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur : place aux jeunes.

> Août 2002. Sous le soleil exactement… l’entreprise.

> Mars 2002. Alcatel space à Cannes, plus qu’une entreprise, une légende.

> Juillet 2001. Saga Provence, Marseille, la Provence telle quelle et autrement.

> Juillet 2001. Avignon : l’envers du « off ».

> Mars 2001. Une ville une entreprise, La mine à Gardanne : objectif production zéro.

> Mars 2001. Une ville une entreprise, Rousset Atmel et ST Microelectronics.

> Mars 2001. Avec le TGV, une nouvelle eurorégion ?

> Mars 2001, Prix de l'initiative locale. Correns (Var). la valeur ajoutée du bio.

> Février 2001, Berytech en 2001: premier technopôle arabe du Moyen-Orient.

> Février 2001, Liban : La présence française « laïcisée ».

> Mars 2000, dossier. À Marseille, la Méditerranée est une évidence.

> Janvier 2000. Société marseillaise de crédit, une privatisation en douceur… et fermeté

> Avril 1999. Nice, Marseille, un fauteuil pour deux ?

> Avril 1999. Nice/Marseille : la guerre des tourismes.

> Janvier 1999. Enquête pour l'Église réformée de France parue dans le livre "La tentation de l’extrême droite". Paru en mai 2000, Editions Les bergers et les mages.

> Mars 1998. Marseille, Enquête agroalimentaire. Quand l’agroalimentaire devient un art… culinaire.

> Mars 1998. Médiapôle Saint Césaire. la maison des « cartoon »

> Mars 1998. Sophia reste la locomotive de la Côte d’Azur.

> Février 1998. Paca, Le pari technologique, douze ans après.

> Juin 1997. Il était une fois… Rousset la capitale française de la micro-électronique.

> Novembre 1996. Le groupe Hachette annonce le lancement du nouveau quotidien “La Provence”  ou  Le deuxième enterrement de Gaston Defferre.

> Juillet 1996. Fraude nigériane : comment blanchir les dollars ?

> Juin 1996. Le pizzaïolo, intégrateur social.

> Janvier 1996. Marseille, les soleils de la planète rap.

>Décembre 1995. Circuit Paul Ricard

> Mai 1995. Les 25 ans de Sophia-Antipolis, carrefour virtuel du savoir.

>Février 1995. Le projet de l'année, Euroméditerranée, projet centenaire.

> Février 1995. Marseille, élections municipales en vue, l'heure de Gaudin ?

> Mai 1994. Marseille sur Méditerranée cherche sa voie au Sud.

> Mars 1994. Fos, du mirage à la gestion

> Novembre 1993. Combat de titans autour d’une poubelle

> Octobre 1993. Dossier Marseille sort de sa torpeur.

> Septembre 1993. Marseille : ouverture du premier tunnel urbain à péage… et plan de circulation.

> Septembre 1993. Une issue à la énième crise de Sud Marine ?

> Septembre 1993. L'étang de Berre, de plan en plan.

> Septembre 1993. Marseille : Accor mélange ses étoiles.

> Septembre 1993. Marseille : Tapie rebondira-t-il ?

> Septembre 1993. Marseille : SOS Aménagement, le TGV se traîne.

> Aout 1993: Le Port désespère Marseille.

> Juillet 1993. En finir avec la décharge d’Entressen ?

> Juillet 1993. Marseille, La Canebière fait peau neuve

> Juillet 1993. Chambre régionale des comptes de Provence Alpes Côte d’Azur : Alain Seyriex remet les comptes à zéro.

> Juillet 1993. Port, la guerre des nerfs.

> Juillet 1993. Métropole, Zinzins unissez-vous !

> Juillet 1993. Marseille, indépendance ?

> Juin 1993. Fos-sur-Mer, 20 ans après.

> Juin 1993. Gardanne : l'impossible reconversion ?

> Juin 1993. Sous-traitance et dépendance ou la tragédie du monoclient.

> Juin 1993. Marseille veut offrir une vitrine à sa recherche médicale, une Villa Hippocrate.

> Juillet 1992. Sur les traces du Marquis de Sade en Provence, de Saumane à Marseille

> La tradition protestante à Marseille : 450 ans d’histoire.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic - Réalisation : Sitweb Concept