Christian Apothéloz
christian apothéloz   
Portraits  

Mars 1997 - Le Nouvel économiste

Jacques Pfister,
PDG d'Orangina France

Jacques Pfister est l'homme du rouge. Un nouveau produit chez Orangina qui dépasse toutes les prévisions. Plus de 20 millions de litres vendus en huit mois. Dans un marché global en baisse de 2 % à 3 %, le succès du rouge a permis à la marque de rester stable avec un chiffre d'affaires de 1,5 milliard de francs.
Il fallait lancer un nouveau produit, mais en gardant les points clés d'Orangina : l'Orange, la pulpe, la bouteille, le nom.
 
Les ados qui boudent la bouteille jaune, la laissant aux petits frères, étaient la cible, une cible sensible, très convoitée.
 
Jacques Pfister a su trouver le ton, provocateur, dévastateur devrait-on dire certainement parce qu'il reste "dans le coup" grâce à ses deux fils de 13 et 17 ans. Ils ont les premiers testés le rouge. Puis il a su convaincre, c'était certainement plus délicat, son Pdg, Patrick Ricard.
 
Il n'était pas facile pour un ingénieur des mines, même diplômé de l'Insead, de se tailler une place dans une société où la magie du produit joue un rôle essentiel. Si Jean-Claude Béton, dont je salue la présence, a quitté la société depuis 11 ans, il a laissé une marque forte. Cette petite bouteille ronde qu'il a ramenée d'Afrique du Nord devait évoluer mais sans perdre son âme.
 
Entré chez Orangina depuis 1990, Jacques Pfister a su trouver le produit suffisamment proche pour garder le même nom et suffisamment différent pour toucher un nouveau marché. Il s'agit certainement d'un des meilleurs coup marketing de l'année.
Jacques Pfister est un réactif, il a pris dans le sport, le foot et le tennis hier, le golf aujourd'hui le goût du jeu et de l'effort.
 
Gaucher, il sait traduire les impulsions du cerveau droit, celui des émotions dans des choix stratégiques, regardés de près par le cerveau gauche.
 
Fils d'un militaire alsacien et d'une mère Corse, se sent naturellement bien en Provence.
Certains lui prêtent un grand avenir au sein du groupe Pernod-Ricard… Lui reste prudent. Il veut consolider son nouveau produit, avant de passer à autre chose.

Christian Apothéloz


> Août 2002. Frédéric Chevalier, créateur de High Co.

> Janvier 2002. Juif, arabe, français…, rencontre avec Gilbert Benayoun : "Toucher les cœurs autant que la raison"

> Avril 2001. Robert Sarkissian : "Mes paroissiens, Chiites, sunnites, Druzes, maronites, orthodoxes… et protestants.

> Février 2001. Jean Kéhayan : Sauvés par les missionnaires américains…

> Avril 1998. L’homme de l’année, coup de cœur Maurice Genoyer.

> Avril 1998. Marc Pouzet, PDG de Marius Bernard, met en conserve la Provence.

> Mars 1997. Jacques Pfister, PDG d'Orangina France.

> André Einaudi, PDG d’Ortec, entrepreneur de l'année du Nouvel économiste 1997.

> Janvier 1997. André Einaudi, le bonheur communicatif.

> Février 1995. Financier de l'année, Charles Milhaud, président du directoire de la Caisse d'épargne Provence Alpes Corse.

> Juin 1993. Georges et Jean-Claude Antoun : New Hôtel, la petit chaîne qui monte.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic