Le protestant

Mars 1999 - Courrier de lecteur envoyé à la presse protestante

Presbytéro-synodal
ou anarcho-basique ?

Nous sommes très fiers de cette invention étrange qui régit nos paroisses, nos synodes et notre communauté protestante. Ce système, dit presbytéro-synodal, repose sur la non-délégation de pouvoir. Une non-délégation totale, absolue, intégrale, qui fait que le président du conseil presbytéral, de la région, de l’église réformée, de la fédération protestante est statutairement, traditionnellement et délibérément sans pouvoir. Car l’assemblée vote pour lui, mais ne délègue pas son pouvoir. Le président est une sorte de porte-parole sans parole, qui doit en permanence s’en remettre à son assemblée pour agir et qui finit par ne plus agir, tant la machine est infernale.
Nous sommes aux antipodes de la démocratie. La base de la démocratie est la délégation. Dans nos églises protestantes, nous pratiquons une démocratie formelle et une irresponsabilité réelle. Le mandat en démocratie s’abstrait du vote qui l’a fait naître. Le « mandaté » est homme libre, qui fort de son élection a l’audace de la parole et de l’action. Au risque de se tromper et de ne pas être réélu. Lorsque l’assemblée des Chrétiens d’Hippone contraint Augustin à devenir évêque, nous sommes en démocratie chrétienne. Mais cette même assemblée ne lui dicte pas ses Confessions.
Au lieu de cette élémentaire pratique de la démocratie responsable et transparente, nous restons dans le non-dit. Nos présidents font, sans le dire, pour ceux qui ont envie de faire. D’autres collent tant à leur base électorale qu’ils ont renoncé à l’élever. Nous avons inventé l’immobilisme démocratique, baptisé système presbytéro-synodal.
Si nous passions à la démocratie, à la délégation de notre pouvoir à des hommes de foi et de courage. Il nous faut des pasteurs, des évêques, des présidents qui conduisent, qui dirigent, qui impulsent et innovent. Je ne suis pas sûr que Moïse aurait eu une majorité au synode pour détruire le veau d’or, je ne suis pas sûr que Jésus aurait été élu pour chasser les marchands du temple et je ne suis pas sûr que Paul aurait été reconduit après ses épîtres.
Nous avons su, il y a quatre siècles rejeter un système traditionnel qui fondait toute l’autorité de l'église sur la tradition et l’autocratie. Saurons-nous, remettre en cause une tradition basiste qui nous conduit à la stérilité évangélique ?

Christian Apothéloz


> Novembre 2014
Publication : Histoires des Protestants(es) de Marseille

> Avril 2013 : Un regard protestant sur le pontificat de Benoît XVI

> Janvier 2012 : Une exposition sur l'histoire des protestants à Marseille

> journées Évangile & liberté de La Grande Motte 2008 : Intervention de Christian Apothéloz sur le thème : "Tous migrants, tous Marseillais, tous urbains ?"

> La tradition protestante à Marseille : 450 ans d’histoire.

> Municipales 2008 :
7 constats, 7 questions.

> Quizz : Connaissez-vous vous votre temple ?

> Janvier 2003. Pasteur Louis Schloesing, c'était un pasteur.

> Juin 2002. Mon église est molle.

> Mars 1999. Courrier de lecteur envoyé à la presse protestante, "Presbytéro-synodal ou anarcho-basique ?

> Mai 1998. Interview d’Henry Espérandieu : Comment un protestant a-t-il pu inventer Notre Dame de la Garde ?

> Février 1997. Éditorial du journal Échanges : Attention au mur en “toc".

> Novembre 1996. Interview de Christian Apothéloz, "La re-conversion ou le long chemin du retour à Dieu".

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic - Réalisation : Sitweb Concept