Le journaliste : enquêtes et reportages

Le projet de l’année : Euroméditerranée, projet centenaire

par | 2 février 1995

Article paru dans le Nouvel Économiste.

Le pro­jet de l’année date en fait d’un siècle. Depuis que le port s’est sen­ti à l’étroit dans le Lacydon, depuis que les archi­tectes hauss­ma­niens ont tra­cé l’avenue impé­riale, deve­nue l’avenue de la République, reliant le cœur de ville aux quais de la Joliette, Marseille se cherche un nou­veau centre d’affaires. Gaston Defferre avait ima­gi­né un “centre direc­tion­nel” au milieu des années soixante. De la porte d’Aix, il s’étalait jusqu’à la Canebière, avec de vastes buil­dings der­rière le Palais de la Bourse et dans Belsunce. Seul res­ca­pé de ce mirage, le modeste CMCI, Centre médi­ter­ra­néen de com­merce inter­na­tio­nal.
En 1991, Henri Mercier pré­sident de la chambre de com­merce et d’industrie réflé­chit à une stra­té­gie d’internationalisation de l’aire métro­po­li­taine et pré­co­nise la créa­tion d’un quar­tier d’affaires entre la gare Saint Charles, la Joliette et la gare d’Arenc, un “centre-ville por­tuaire” qui réa­lise l’osmose de l’espace urbain et de l’espace por­tuaire. L’idée fait son che­min et Robert Vigouroux l’ajoute bien­tôt à la liste de ses 50 dos­siers prio­ri­taires. Pierre Fiastre, conseiller du maire, use de ses rela­tions de poly­tech­ni­cien pour faire ava­li­ser ce pro­jet par l’État. Le nom de bap­tême Euroméditerranée sur­git la veille d’une confé­rence publique qui asso­cie tous les par­te­naires locaux. L’État prend effec­ti­ve­ment le relais, d’abord avec le rap­port Masson, ini­tié par Jean-Louis Bianco, puis l’annonce par Édouard Balladur en visite à Marseille d’une forte contri­bu­tion gou­ver­ne­men­tale, 850 MF, pour cette opé­ra­tion qui devien­dra “d’intérêt natio­nal”. Une mis­sion de pré­fi­gu­ra­tion se met en place. Aux com­mandes, Pierre Weiss avec Pierre Fiastre comme direc­teur adjoint. Au-delà des que­relles qui ont mar­qué l’année pas­sée sur la com­po­si­tion du conseil d’administration ou les parts des col­lec­ti­vi­tés concer­nées, le tra­vail com­mence…
Huit com­mis­sions asso­cient plus d’une cen­taine d’experts pour défi­nir les conte­nus. L’année 95 devrait voir sor­tir le centre inter­na­tio­nal d’échanges éco­no­miques avec son télé­port et le pôle uni­ver­si­taire des­ti­né à accueillir plus d’un mil­lier d’étudiants en seconds et troi­sièmes cycles d’économie et droit des affaires internationaux.

Christian Apothéloz