Le journaliste : Futur composé (radio RCF)

Daniel Vuillon

1 janvier 2005

Agriculteur à Ollioules, pion­nier des AMAP.

image

Les asso­cia­tions pour le main­tien de l’agriculture soli­daire ou com­ment un panier créé de l’emploi et du bon­heur. Il est agri­cul­teur, de père en fils, sur une ferme qui date de la révo­lu­tion, mais il a aus­si été prof et il a décou­vert le modèle des Amap à New York. Féru de bio­di­ver­si­té, grand expert en courges, tomates et autres légumes rares, il a mon­té un réseau natio­nal d’associations qui tiennent à bout de bras des exploi­ta­tions en vie. Une éco­no­mie alter­na­tive qui allie la bonne bouffe, la bio­di­ver­si­té et l’équilibre éco­no­mique d’entreprises agri­cole de qua­li­té. AMAP mode d’emploi Un agri­cul­teur, sou­vent avec l’as­sis­tance d’un comi­té, issu d’un groupe de consom­ma­teurs, pré­voit un bud­get reflé­tant le coût de sa pro­duc­tion sur l’an­née. Ce bud­get inclut tous les salaires, coûts de dis­tri­bu­tions, inves­tis­se­ments pour les semences et les outils, loca­tion des terres, contrat de main­te­nance et d’en­tre­tien pour le maté­riel agri­cole, etc… Une fois le bud­get éta­bli, il est ensuite divi­sé par le nombre de per­sonnes ins­crites, ce qui consti­tue le prix de la part de chaque membre. Cette part est dis­tri­buée sous forme de panier pen­dant la durée d’en­ga­ge­ment, habi­tuel­le­ment sur deux sai­sons en France, Printemps/Eté et Automne/Hiver. Le panier Un panier est géné­ra­le­ment consti­tué pour sub­ve­nir aux besoins d’une famille de 4 per­sonnes. Fleurs, fruits, viandes, œufs, et pro­duits lai­tiers sont aus­si des pro­duits dis­po­nibles sous la forme d’AMAP. Les membres du groupe signent et achètent leurs paniers, soit en tota­li­té avant le démar­rage de la sai­son soit selon moda­li­tés. Les coûts de pro­duc­tions sont ain­si garan­tis et le fer­mier com­mence à per­ce­voir un reve­nu dès que le tra­vail com­mence. Contact www.olivades.com

Ecoutez l’émission de radio Futur composé

Animée béné­vo­le­ment par Christian Apothéloz consul­tant et Philippe Langevin, économiste.