Le journaliste : Futur composé (radio RCF)

Gilbert Benhayoun

9 septembre 2005

Economiste, pro­fes­seur, direc­teur du Cerefi.

Gilbert Benhayoun

Dans l’Université Aix Marseille III, il a une place à part. Le Centre d’économie régio­nale qu’il dirige a ses bureaux entre ville et fac. Pas tout à fait dedans, pas tout à fait dehors. À 60 ans, ce spé­cia­liste de l’économie régio­nale et urbaine, des pays médi­ter­ra­néens, éco­no­miste de l’emploi et des salaires n’a plus à faire ses preuves. Ses livres s’alignent dans la biblio­thèque, du pavé savant aux Que sais-je sur “Les bas salaires en Europe”. Ses pairs, plus pas­sion­nés par les théo­ries libé­rales que par le déve­lop­pe­ment durable le res­pectent. Lui s’est enga­gé depuis les accords d’Oslo dans des échanges médi­ter­ra­néens qui lient son pays d’origine le Maroc, la région Paca et Israël. ‘“Ma per­son­na­li­té est consti­tuée de trois élé­ments, explique-t-il. Je me sens pro­fon­dé­ment fran­çais, c’est la République qui a fait d’un enfant d’ou­vrier maro­cain, mon père était relieur, un pro­fes­seur d’économie. Je me sens pro­fon­dé­ment arabe. Mes parents ne par­laient qu’arabe et même si mon père écri­vait avec des lettres hébraïques, c’était en arabe pho­né­tique, j’ai une sen­si­bi­li­té arabe et je me sens chez moi dans les pays arabes.Et je suis pro­fon­dé­ment juif. Je suis fidèle à ma reli­gion juive tra­di­tion­nelle du Maroc, sans com­plexe et sans ostentation.”

Ecoutez l’émission de radio Futur composé

Animée béné­vo­le­ment par Christian Apothéloz consul­tant et Philippe Langevin, économiste.