Le journaliste : portraits

Eugène André Rey ou l’éthique du conseil financier

par | 1 janvier 2003

Eugène André Rey, conseil expert finan­cier, est décé­dé mar­di 28 jan­vier 2003 à Marseille à l’âge de 64 ans.

Né le 4 sep­tembre 1938, il a fait ses études à Sup. de co Marseille, puis il a pas­sé son diplôme d’études supé­rieures comp­tables et finan­cières. Il a com­plé­té cette for­ma­tion d’expert-comptable à l’IAE et au Centre d’étude du com­merce exté­rieur, puis a pas­sé un MBA de com­merce international.

Il a com­men­cé sa car­rière dans la ges­tion infor­ma­tique, puis le BTP et la répa­ra­tion navale avant de rejoindre la Phocéenne de métal­lur­gie auprès de Maurice Génoyer. Il sera à ses côtés, puis aux com­mandes pen­dant ses dif­fi­cul­tés per­son­nelles, l’homme de l’in­ter­na­tio­na­li­sa­tion et de la crois­sance du groupe marseillais.

En 1978, il crée son cabi­net, EAR Consultant et déve­loppe des mis­sions de conseil finan­cier pour les entre­prises et les col­lec­ti­vi­tés locales. Il met au ser­vice de PMI ou de grands groupes sa connais­sance de l’international et sa pra­tique à un haut niveau de l’ingénierie finan­cière. Il était sur­tout un stra­tège de la crois­sance, un conseil dis­cret et écou­té. Certaines entre­prises flo­ris­santes de la région lui doivent leur prospérité.

Conseiller finan­cier écou­té de la pro­fes­sion, il devint vice-président natio­nal de la Chambre natio­nale des conseils experts finan­ciers et pré­sident régio­nal ; il mar­qua son pas­sage par l’adoption d’une charte éthique. Il était éga­le­ment expert judi­ciaire prés la Cour d’ap­pel d’Aix-en-Provence, char­gé de cours à la facul­té d’é­co­no­mie d’Aix-en-Provence, pré­sident de l’Association de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle Défigest Formation, membre de l’as­sem­blée per­ma­nente de l’Union pour les entre­prises des Bouches-du-Rhône et membre actif de la Cefim, la Communauté éco­no­mique et finan­cière méditerranéenne.

En 1993, un acci­dent car­diaque l’oblige à arrê­ter ses acti­vi­tés pro­fes­sion­nelles. Il ne fait plus pro­fi­ter de ses conseils ami­caux que quelques entre­pre­neurs proches… Amoureux de la vie, il voyage, il jouit de la musique, du théâtre (Il était un ami fidèle du théâtre le Gyptis), de la lec­ture et… des bonnes tables. Homme raf­fi­né, il était sen­sible aux tur­bu­lences du monde. Il avait notam­ment par­ti­ci­pé avec Maurice Génoyer à la créa­tion d’Enfant du monde et il pré­si­dait l’Association pour le mécé­nat huma­ni­taire d’entreprise.

Christian Apothéloz