Enquêtes-reportages

La tradition protestante à Marseille : 450 ans d'histoire

Le protestantisme est présent à Marseille depuis près de 450 ans. On connaît la forte présence en Lubéron des Vaudois, ces disciples du bourgeois lyonnais Pierre Valdo, qui en 1170 vendit tous ses biens pour fonder “Les pauvres de Lyon”. Protestants avant la lettre, ils refusaient la corruption du clergé, l’autorité de Rome, se référaient aux seuls textes bibliques… Ils furent tolérés dans les Alpes du Sud, puis persécutés, notamment par Meynier d’Oppede, président du Parlement d’Aix qui fit massacrer 4 000 Vaudois, détruire 22 villages du Lubéron en 1545 et condamna 660 personnes aux galères.

La première présence protestante reconnue à Marseille date de 1538, avec un pasteur du nom de Recamis. Marseille ne célébrera pas la Saint Barthélémy par des massacres comme Lyon, mais la ville est majoritairement soumise à la tradition catholique. Même avec l’Édit de Nantes, Marseille n’a pas le droit d’avoir un lieu de culte. Le Parlement d’Aix autorise l’ouverture d’un temple à… Velaux. Les protestants vivent dans une semi-clandestinité, aggravée à la révocation de l’Édit de Nantes, avec les persécutions conduites par Monsieur de Grignan et ses dragons.
C’est l’essor du commerce qui va faire grandir la communauté protestante de Marseille. Le port franc attire des hommes d’affaires des pays protestants : Suisse, Allemagne, Hollande, Danemark. La peste décime en 1720 les petits métiers, on vient du Languedoc, du Dauphiné, des vallées “vaudoises” des Alpes.
À la fin de l’Ancien régime, le haut capitalisme marseillais est protestant, mais sans avoir droit à une représentation dans les instances officielles, de la ville ou de la Chambre de commerce. La situation bascule avec le XIX° siècle. L’Édit de tolérance de Louis XVI, la Révolution d’avant le culte de l’Être suprême, puis le Concordat permettent aux protestants de faire surface. En 1792, l’Église réformée loue à la municipalité l’Église de la Mission de France, rue Tapis vert et y installe le premier temple de Marseille. Temple provisoire qui ferme avec le culte de la Raison. Le Concordat permet à nouveau en 1801 aux réformés d’organiser leur culte publiquement. Un temple est inauguré dans une salle louée au 10 rue Venture. En 1825, les protestants bâtiront leur propre église rue Grignan, puis pourront organiser leurs paroisses librement dans toute la ville. La liberté de culte retrouvée permet aux protestants d’élargir leur audience. Aux armateurs et commerçants, s’ajoutent des ingénieurs (L’ingénieur Franz Mayor Montricher qui construit le canal de Marseille est réformé.), des avocats, des professeurs.
De nombreuses œuvres sociales voient le jour : orphelinats, maisons de retraite et l’infirmerie protestante qui deviendra l’hôpital Ambroise Paré.
Jusqu’à la deuxième guerre mondiale, cette population protestante joue un rôle économique important. Les chefs d’entreprises protestants sont présents dans les industries marseillaises de transformation : huileries (Cordesse), brasseries (Phœnix, Marx, Zénith…) dans la savonnerie, dans la chimie et dans la banque avec la SMC (de Cazalet). Ils sont influents à l’Union patronale.Le protestantisme ne se limite pas à la HSP, (la haute société protestante), son implantation, son action dans la ville lui donnent un enracinement bien plus large.
Le protestantisme marseillais est donc un protestantisme “d’immigration”, des suisses, (l’église protestante suisse avait sa propre structure, devenue Centre Guillaume Farel), des Vaudois du Piémont, des Cévennes (comme Gaston Defferre). Une tradition. Aujourd’hui, par exemple, la communauté malgache protestante est très active et apporte foi et dynamisme à l’Église.
Avec la crise de l’économie portuaire phocéenne, avec l’éclatement des grandes familles, cette visibilité du protestantisme marseillais a disparu. Il demeure une communauté très diverse qui réfléchit collectivement à sa foi, à son rôle, à son action. Une communauté qui doit toujours se réformer.

Christian Apothéloz


Ecouter le répondeur historique de l'agence Sudreporter
Téléchargez Flash Player pour voir le lecteur.

> Juin 2006. Textile. oui, il fallait craindre le démantèlement des quotas et l’ouverture de l'OMC à la Chine.

> Mai 2006. Alger : trop proche, donc trop loin ?

> Janvier 2006. Accompagner plus et mieux les aventuriers de l’emploi.

> Juin 2005. Pôle de compétitivité : le réveil de la région Provence Alpes Côte d’Azur.

> Mai 2005. Cité euro-méditerranéenne de la mode. Les couleurs du Sud face à l’offensive asiatique.

> Août 2002. Les bons réseaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur : place aux jeunes.

> Août 2002. Sous le soleil exactement… l’entreprise.

> Mars 2002. Alcatel space à Cannes, plus qu’une entreprise, une légende.

> Juillet 2001. Saga Provence, Marseille, la Provence telle quelle et autrement.

> Juillet 2001. Avignon : l’envers du « off ».

> Mars 2001. Une ville une entreprise, La mine à Gardanne : objectif production zéro.

> Mars 2001. Une ville une entreprise, Rousset Atmel et ST Microelectronics.

> Mars 2001. Avec le TGV, une nouvelle eurorégion ?

> Mars 2001, Prix de l'initiative locale. Correns (Var). la valeur ajoutée du bio.

> Février 2001, Berytech en 2001: premier technopôle arabe du Moyen-Orient.

> Février 2001, Liban : La présence française « laïcisée ».

> Mars 2000, dossier. À Marseille, la Méditerranée est une évidence.

> Janvier 2000. Société marseillaise de crédit, une privatisation en douceur… et fermeté

> Avril 1999. Nice, Marseille, un fauteuil pour deux ?

> Avril 1999. Nice/Marseille : la guerre des tourismes.

> Janvier 1999. Enquête pour l'Église réformée de France parue dans le livre "La tentation de l’extrême droite". Paru en mai 2000, Editions Les bergers et les mages.

> Mars 1998. Marseille, Enquête agroalimentaire. Quand l’agroalimentaire devient un art… culinaire.

> Mars 1998. Médiapôle Saint Césaire. la maison des « cartoon »

> Mars 1998. Sophia reste la locomotive de la Côte d’Azur.

> Février 1998. Paca, Le pari technologique, douze ans après.

> Juin 1997. Il était une fois… Rousset la capitale française de la micro-électronique.

> Novembre 1996. Le groupe Hachette annonce le lancement du nouveau quotidien “La Provence”  ou  Le deuxième enterrement de Gaston Defferre.

> Juillet 1996. Fraude nigériane : comment blanchir les dollars ?

> Juin 1996. Le pizzaïolo, intégrateur social.

> Janvier 1996. Marseille, les soleils de la planète rap.

>Décembre 1995. Circuit Paul Ricard

> Mai 1995. Les 25 ans de Sophia-Antipolis, carrefour virtuel du savoir.

>Février 1995. Le projet de l'année, Euroméditerranée, projet centenaire.

> Février 1995. Marseille, élections municipales en vue, l'heure de Gaudin ?

> Mai 1994. Marseille sur Méditerranée cherche sa voie au Sud.

> Mars 1994. Fos, du mirage à la gestion

> Novembre 1993. Combat de titans autour d’une poubelle

> Octobre 1993. Dossier Marseille sort de sa torpeur.

> Septembre 1993. Marseille : ouverture du premier tunnel urbain à péage… et plan de circulation.

> Septembre 1993. Une issue à la énième crise de Sud Marine ?

> Septembre 1993. L'étang de Berre, de plan en plan.

> Septembre 1993. Marseille : Accor mélange ses étoiles.

> Septembre 1993. Marseille : Tapie rebondira-t-il ?

> Septembre 1993. Marseille : SOS Aménagement, le TGV se traîne.

> Aout 1993: Le Port désespère Marseille.

> Juillet 1993. En finir avec la décharge d’Entressen ?

> Juillet 1993. Marseille, La Canebière fait peau neuve

> Juillet 1993. Chambre régionale des comptes de Provence Alpes Côte d’Azur : Alain Seyriex remet les comptes à zéro.

> Juillet 1993. Port, la guerre des nerfs.

> Juillet 1993. Métropole, Zinzins unissez-vous !

> Juillet 1993. Marseille, indépendance ?

> Juin 1993. Fos-sur-Mer, 20 ans après.

> Juin 1993. Gardanne : l'impossible reconversion ?

> Juin 1993. Sous-traitance et dépendance ou la tragédie du monoclient.

> Juin 1993. Marseille veut offrir une vitrine à sa recherche médicale, une Villa Hippocrate.

> Juillet 1992. Sur les traces du Marquis de Sade en Provence, de Saumane à Marseille

> La tradition protestante à Marseille : 450 ans d’histoire.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic - Réalisation : Sitweb Concept