Christian Apothéloz
christian apothéloz   
Portraits  

Mars 1997 - Le Nouvel économiste

André Einaudi, PDG d’Ortec
Entrepreneur de l'année du Nouvel économiste 1997

André Einaudi
 
André Einaudi n'aurait jamais dû devenir l'entrepreneur de l'année, pour la bonne et simple raison qu'il se refuse à collectionner les prix et diplômes. Il a accepté de faire une exception pour le Nouvel économiste. Peut-être parce que le mot entrepreneur lui va comme un gant.
À 41 ans, il pourrait légitimement adopter le profil blasé du grand patron débordé et inaccessible : Ortec affiche aujourd’hui 1,5 milliard de chiffres d’affaires avec 1 600 salariés dans les métiers de l’environnement, et de la maintenance.
André Einaudi pourtant garde les pieds sur terre. Il est terrien d'abord. Fils d’un vigneron varois, de Carcès, il a conscience de la fragilité des succès économiques. Le vignoble le mieux entretenu peut en effet d’un coup de gel devenir stérile.
 
Il commence sa carrière avec une double formation, ingénieur des arts et métiers et management à l’IAE. Il entre en 1979 au groupe Onet. Il prend la direction de la branche industrie. Il développe ces activités et la branche Ortec Buzzichelli atteint le milliard de chiffre d’affaires en 1990.
 
Mais pour le groupe Onet, cette excroissance est atypique. Les cultures d’entreprises sont alors aux antipodes. Onet a construit son succès sur des marges étroites, mais maîtrisées, avec un personnel nombreux et peu qualifié, encadré par une hiérarchie forte. Ortec est devenu une boîte d’ingénieurs, qui travaille sur des marchés porteurs comme la pétrochimie, mais qui a de grands besoins d’investissements. Onet, coté en Bourse, apprécié comme une valeur sûre, le groupe craint pour sa stabilité.
André Einaudi rencontre les repreneurs, il calcule, évalue, négocie. Puis se refuse à ce qui se profile alors, une vente par appartements à la Générale ou à la Lyonnaise. Il est convaincu par ses propres business plans et il monte un LMBO avec 10 cadres.
 
1992 : le montage est bouclé, dix cadres cassent leur tirelire et s’endettent. André Einaudi devient par le biais d'une série de sociétés emboîtées, de poupées russes, il devient l'actionnaire majoritaire d'un groupe évalué à 110 M.F.. Ortec prend son indépendance. Il lui faudra quatre ans pour digérer et assainir. Ortec cède des participations non stratégiques. Le chiffre d’affaires est réduit à 750 M.F.. Mais sans casse. Quand André Einaudi ne croit plus au développement d’une activité dans le groupe, il fait en sorte que l’emploi soit préservé et il cherche des repreneurs.
En 1996, la société est désendettée, de nouveaux actionnaires bancaires, rejoignent le tour de table. Ortec est prêt pour la croissance externe.
 
La cible n'est pas une TPE.

Depuis dix ans, les équipes d’Ortec se retrouvent sur les mêmes marchés avec Friedlander, une filiale du groupe GTM. Et souvent, bien qu’ils soient concurrents, ils font le même métier, ils ont ensemble répondu à des appels d’offres.
Friedlander est la cible idéale. Et consentante. Ortec va doubler donc son chiffre d’affaires et passe de 750 M.F. à 1,5 milliard. Aujourd’hui, il faut unifier la gestion, fusionner les agences, raccorder les systèmes informatiques, marier les équipes… et éliminer, sans casse, les doublons.
 
De ses ascendants vignerons, André Einaudi a gardé le goût de la taille. Et du travail. “Mon grand père n’a jamais pris de congés”, m'a-t-il confié “J’ai été formé par les marchés agricoles, il ne faut pas courir derrière le chiffre d’affaires, mais vers le résultat”.
Une profession de foi digne de l'entrepreneur de l'année.

Christian Apothéloz


> Août 2002. Frédéric Chevalier, créateur de High Co.

> Janvier 2002. Juif, arabe, français…, rencontre avec Gilbert Benayoun : "Toucher les cœurs autant que la raison"

> Avril 2001. Robert Sarkissian : "Mes paroissiens, Chiites, sunnites, Druzes, maronites, orthodoxes… et protestants.

> Février 2001. Jean Kéhayan : Sauvés par les missionnaires américains…

> Avril 1998. L’homme de l’année, coup de cœur Maurice Genoyer.

> Avril 1998. Marc Pouzet, PDG de Marius Bernard, met en conserve la Provence.

> Mars 1997. Jacques Pfister, PDG d'Orangina France.

> André Einaudi, PDG d’Ortec, entrepreneur de l'année du Nouvel économiste 1997.

> Janvier 1997. André Einaudi, le bonheur communicatif.

> Février 1995. Financier de l'année, Charles Milhaud, président du directoire de la Caisse d'épargne Provence Alpes Corse.

> Juin 1993. Georges et Jean-Claude Antoun : New Hôtel, la petit chaîne qui monte.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic