Enquêtes-reportages

Juillet 1993. Le Nouvel économiste

En finir avec la décharge d’Entressen ?

Le combat est feutré, mais tous les coups sont permis. L’enjeu est de taille : traiter les ordures ménagères de la métropole marseillaise. Plus d’un milliard d’investissements.

Le lieu est inaccessible. Interdit aux visiteurs. Sauf les gabians*. Sur 60 hectares, à Entressen, près de Saint Martin de Crau, la ville de Marseille déverse chaque jour 1000 tonnes de déchets ménagers sans aucun traitement. 15 millions de tonnes ont été ainsi accumulés sur une hauteur de 15 mètres. Une décharge qui fait la célébrité de Marseille auprès des écologistes européens. La loi sur les déchets de Brice Lalonde a enfin décidé les édiles phocéens à agir. Le Brgm fait les premières études sur l’impact de ce dépôt sur la nappe phréatique et sur les sols. Les premières études datent de 1989, mais c’est en 1991, que la Ville lance un appel d’offres. L’un des derniers marchés de cette ampleur et qui a conduit les plus grands à s’associer pour présenter leur offre. Waste management, le géant américain des déchets et Sae ont ainsi fait ensemble leur premier pas en créant Auxiwaste. La Lyonnaise et la Générale, déjà associées dans la gestion des eaux de la ville, soumissionnent ensemble. Et l’outsider EDF s’est associé à la Caisse des dépôts dans Pronergies. Chaque groupe s’est adjoint un cabinet de communication pour conduire ses actions de lobbying. Tersud planche pour Edf, Francom Paris pour la SAE et Francom Marseille pour le groupe Générale/Lyonnaise. Intox et rectificatifs se succèdent. Chacun tentant de discréditer l’adversaire, au nom de l’environnement bien sûr. Ou de la morale. Plus discrets, certains ont donné au maire des gages de bonne volonté. La Générale des eaux a fait quelques gestes significatifs pour l’aménagement de la Porte d’Aix ou pour la Cité de la biotique.
Technologiquement, le dossier est complexe. Et soigneusement tenu secret par les services de la ville. Tous les protagonistes prévoient un mix de tri et d’incinération. Pour la Générale et la Lyonnaise, comme pour Edf, deux sites d’incinération seraient implantés à Saint Menet, dans la vallée de l’Huveaune et à Saint Louis, dans les quartiers nord. L’énergie ou la chaleur produite serait revendue aux industriels locaux… ou à Edf. Un centre de tri-compostage serait mis en place. L’investissement est chiffré à 1,3 milliard de francs. Waste management, propose un choix très différent des deux autres. Il utilise les mêmes sites mais pour des installations de tri-valorisation. Un tri mécanique qui permet d’obtenir une partie combustible, compactée en briquettes, une partie organique en compost et une partie métallique transformée en lingots. Seul défaut le traitement laisse 30 % de déchets ultimes contre 10 % pour les autres. Les briquettes d’Auxiwaste seraient acheminées à Gardanne où serait installée une chaudière ad hoc, ce qui conforterait le pôle combustion propre que la Région veut créer pour suppléer au déclin de la mine.
Pour le traitement d’Entressen, les avis divergent… les budgets aussi entre 70 et 300 MF. Du compostage au simple enfouissement avec une ceinture étanche, tout est possible.

Côté mairie, on souhaite que cette réalisation soit exemplaire. « Nous voulons, affirme Georges Enovkian, conseiller municipal chargé du dossier, que l’on visite les usines de traitement, comme on visite aujourd’hui notre station d’épuration ». Le débat reste feutré, technique, et financier. Mais que font les écolos ?

Christian Apothéloz avec Anne-Françoise Robert

* Des milliers de mouettes se nourrissent sur place et leur vol est le seul signe visible, ajouté à l’odeur, qui permet de repérer la décharge depuis la voie ferrée.


Ecouter le répondeur historique de l'agence Sudreporter
Téléchargez Flash Player pour voir le lecteur.

> Juin 2006. Textile. oui, il fallait craindre le démantèlement des quotas et l’ouverture de l'OMC à la Chine.

> Mai 2006. Alger : trop proche, donc trop loin ?

> Janvier 2006. Accompagner plus et mieux les aventuriers de l’emploi.

> Juin 2005. Pôle de compétitivité : le réveil de la région Provence Alpes Côte d’Azur.

> Mai 2005. Cité euro-méditerranéenne de la mode. Les couleurs du Sud face à l’offensive asiatique.

> Août 2002. Les bons réseaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur : place aux jeunes.

> Août 2002. Sous le soleil exactement… l’entreprise.

> Mars 2002. Alcatel space à Cannes, plus qu’une entreprise, une légende.

> Juillet 2001. Saga Provence, Marseille, la Provence telle quelle et autrement.

> Juillet 2001. Avignon : l’envers du « off ».

> Mars 2001. Une ville une entreprise, La mine à Gardanne : objectif production zéro.

> Mars 2001. Une ville une entreprise, Rousset Atmel et ST Microelectronics.

> Mars 2001. Avec le TGV, une nouvelle eurorégion ?

> Mars 2001, Prix de l'initiative locale. Correns (Var). la valeur ajoutée du bio.

> Février 2001, Berytech en 2001: premier technopôle arabe du Moyen-Orient.

> Février 2001, Liban : La présence française « laïcisée ».

> Mars 2000, dossier. À Marseille, la Méditerranée est une évidence.

> Janvier 2000. Société marseillaise de crédit, une privatisation en douceur… et fermeté

> Avril 1999. Nice, Marseille, un fauteuil pour deux ?

> Avril 1999. Nice/Marseille : la guerre des tourismes.

> Janvier 1999. Enquête pour l'Église réformée de France parue dans le livre "La tentation de l’extrême droite". Paru en mai 2000, Editions Les bergers et les mages.

> Mars 1998. Marseille, Enquête agroalimentaire. Quand l’agroalimentaire devient un art… culinaire.

> Mars 1998. Médiapôle Saint Césaire. la maison des « cartoon »

> Mars 1998. Sophia reste la locomotive de la Côte d’Azur.

> Février 1998. Paca, Le pari technologique, douze ans après.

> Juin 1997. Il était une fois… Rousset la capitale française de la micro-électronique.

> Novembre 1996. Le groupe Hachette annonce le lancement du nouveau quotidien “La Provence”  ou  Le deuxième enterrement de Gaston Defferre.

> Juillet 1996. Fraude nigériane : comment blanchir les dollars ?

> Juin 1996. Le pizzaïolo, intégrateur social.

> Janvier 1996. Marseille, les soleils de la planète rap.

>Décembre 1995. Circuit Paul Ricard

> Mai 1995. Les 25 ans de Sophia-Antipolis, carrefour virtuel du savoir.

>Février 1995. Le projet de l'année, Euroméditerranée, projet centenaire.

> Février 1995. Marseille, élections municipales en vue, l'heure de Gaudin ?

> Mai 1994. Marseille sur Méditerranée cherche sa voie au Sud.

> Mars 1994. Fos, du mirage à la gestion

> Novembre 1993. Combat de titans autour d’une poubelle

> Octobre 1993. Dossier Marseille sort de sa torpeur.

> Septembre 1993. Marseille : ouverture du premier tunnel urbain à péage… et plan de circulation.

> Septembre 1993. Une issue à la énième crise de Sud Marine ?

> Septembre 1993. L'étang de Berre, de plan en plan.

> Septembre 1993. Marseille : Accor mélange ses étoiles.

> Septembre 1993. Marseille : Tapie rebondira-t-il ?

> Septembre 1993. Marseille : SOS Aménagement, le TGV se traîne.

> Aout 1993: Le Port désespère Marseille.

> Juillet 1993. En finir avec la décharge d’Entressen ?

> Juillet 1993. Marseille, La Canebière fait peau neuve

> Juillet 1993. Chambre régionale des comptes de Provence Alpes Côte d’Azur : Alain Seyriex remet les comptes à zéro.

> Juillet 1993. Port, la guerre des nerfs.

> Juillet 1993. Métropole, Zinzins unissez-vous !

> Juillet 1993. Marseille, indépendance ?

> Juin 1993. Fos-sur-Mer, 20 ans après.

> Juin 1993. Gardanne : l'impossible reconversion ?

> Juin 1993. Sous-traitance et dépendance ou la tragédie du monoclient.

> Juin 1993. Marseille veut offrir une vitrine à sa recherche médicale, une Villa Hippocrate.

> Juillet 1992. Sur les traces du Marquis de Sade en Provence, de Saumane à Marseille

> La tradition protestante à Marseille : 450 ans d’histoire.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic - Réalisation : Sitweb Concept