Enquêtes-reportages

Septembre 1993 - Le Nouvel économiste

L’étang de Berre, de plan en plan

Green Peace, enfin reçu dans le port de Marseille, a déçu en s’en prenant à une paisible usine de chlore d’Elf Atochem à Fos. Les villes de l’étang de Berre mènent d’autres combats et attendent au pied du mur Michel Barnier, venu le 2 septembre présenter son plan.

L’Étang de Berre, 155 km2, 75 km de côtes, 220 000 riverains, est un pèlerinage obligatoire pour tout écologiste qui se respecte. Et chaque nouveau ministre de l’environnement y va de son plan pour résorber ce dépotoir industriel de la métropole phocéenne. Brice Lalonde, Ségolène Royal sont passés par là. Michel Barnier est venu avec des chiffres et des promesses. Premier accusé, EDF qui a détourné les eaux de la Durance dans cette mer intérieure. Le canal usinier EDF déverse ici chaque année quatre milliards de mètres cubes d’eau douce et 500 000 tonnes de matières solides en suspension. Rien de sale. L’eau rejetée, plaide EDF, est de “bonne qualité hydrobiologique” et les limons ne sont que la terre des Alpes que la Durance emporte dans sa colère. Les apports d’eau douce, créent deux masses d’eau superposées, salée en profondeur, plus douce en surface. Les limons en suspensions plongent l’eau dans l’obscurité au-delà de 6 mètres. Les fonds peu oxygénés, sans végétaux chlorophylliens ne “digèrent plus” la matière organique. Le taux de salinité oscille entre 4 g et 31 g : aucune espèce animale n’y résiste. Enfin, les limons “piègent” au fond de l’Étang les métaux lourds et les hydrocarbures, stratifiant ainsi les pollutions au fil des ans.

EDF devra selon Michel Barnier réduire de 15 % ses apports annuels d’eau douce et construire enfin un bassin de décantation à Beaumont pour réduire de 50 % les limons. Jacques Masson délégué régional d’EDF est prêt à obtempérer, mais il annonce la facture : 200 MF ; et le calendrier : pas avant 1996. Soit trois ans de travaux. Serge Andréoni, maire de Berre, instigateur du référendum du 6 octobre 1991 pour l’arrêt de la centrale hydraulique de Saint Chamas triomphe néanmoins. “Pour la première fois, déclare-t-il, j’ai rencontré un homme de concertation et de dialogue.”
Mais EDF ne peut endosser toutes les responsabilités. Chacun accuse volontiers le voisin. Saint Chamas qui vit de la taxe professionnelle d’EDF pointera la pollution industrielle de Shell, les industriels diront qu’en traitant à 90 % leurs eaux de procédés, ils ont fait leur devoir. Et les élus oublieront vite que leurs stations d’épuration traitent très approximativement leurs déchets urbains. Certes des progrès ont été faits : de 1973 à 1985, la capacité de traitement des stations d’épuration est passée de 160 000 habitants à 350 000. Insuffisant. Michel Barnier a décidé de renforcer le programme de dépollution des eaux confié à l’Agence de l’eau. Une directive européenne a judicieusement classé le bassin versant de l’étang de Berre en zone sensible. Les eaux charriées par l’Arc depuis Aix en Provence se déversent en effet discrètement dans l’étang apportant elles aussi leur pollution urbaine et industrielle.
En guise de cerise sur le gâteau, le ministre de l’environnement a promis de soumettre au parlement une loi rétablissant les droits de pêche, droits rachetés aux professionnels en 1957 pour 500 MF. Car les poissons sont revenus, malgré tout. La pêche rapporte chaque année 2000 tonnes d’anguilles, de mulets et de fritures. Et les activités de loisirs pour les 200 000 riverains, ne demandent qu’à décoller, on compte déjà 12 ports de plaisance et 2300 bateaux, dix bases nautiques, 10 km de plages et une dizaine de campings.

Christian Apothéloz avec Anne-Françoise Robert


Ecouter le répondeur historique de l'agence Sudreporter
Téléchargez Flash Player pour voir le lecteur.

> Juin 2006. Textile. oui, il fallait craindre le démantèlement des quotas et l’ouverture de l'OMC à la Chine.

> Mai 2006. Alger : trop proche, donc trop loin ?

> Janvier 2006. Accompagner plus et mieux les aventuriers de l’emploi.

> Juin 2005. Pôle de compétitivité : le réveil de la région Provence Alpes Côte d’Azur.

> Mai 2005. Cité euro-méditerranéenne de la mode. Les couleurs du Sud face à l’offensive asiatique.

> Août 2002. Les bons réseaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur : place aux jeunes.

> Août 2002. Sous le soleil exactement… l’entreprise.

> Mars 2002. Alcatel space à Cannes, plus qu’une entreprise, une légende.

> Juillet 2001. Saga Provence, Marseille, la Provence telle quelle et autrement.

> Juillet 2001. Avignon : l’envers du « off ».

> Mars 2001. Une ville une entreprise, La mine à Gardanne : objectif production zéro.

> Mars 2001. Une ville une entreprise, Rousset Atmel et ST Microelectronics.

> Mars 2001. Avec le TGV, une nouvelle eurorégion ?

> Mars 2001, Prix de l'initiative locale. Correns (Var). la valeur ajoutée du bio.

> Février 2001, Berytech en 2001: premier technopôle arabe du Moyen-Orient.

> Février 2001, Liban : La présence française « laïcisée ».

> Mars 2000, dossier. À Marseille, la Méditerranée est une évidence.

> Janvier 2000. Société marseillaise de crédit, une privatisation en douceur… et fermeté

> Avril 1999. Nice, Marseille, un fauteuil pour deux ?

> Avril 1999. Nice/Marseille : la guerre des tourismes.

> Janvier 1999. Enquête pour l'Église réformée de France parue dans le livre "La tentation de l’extrême droite". Paru en mai 2000, Editions Les bergers et les mages.

> Mars 1998. Marseille, Enquête agroalimentaire. Quand l’agroalimentaire devient un art… culinaire.

> Mars 1998. Médiapôle Saint Césaire. la maison des « cartoon »

> Mars 1998. Sophia reste la locomotive de la Côte d’Azur.

> Février 1998. Paca, Le pari technologique, douze ans après.

> Juin 1997. Il était une fois… Rousset la capitale française de la micro-électronique.

> Novembre 1996. Le groupe Hachette annonce le lancement du nouveau quotidien “La Provence”  ou  Le deuxième enterrement de Gaston Defferre.

> Juillet 1996. Fraude nigériane : comment blanchir les dollars ?

> Juin 1996. Le pizzaïolo, intégrateur social.

> Janvier 1996. Marseille, les soleils de la planète rap.

>Décembre 1995. Circuit Paul Ricard

> Mai 1995. Les 25 ans de Sophia-Antipolis, carrefour virtuel du savoir.

>Février 1995. Le projet de l'année, Euroméditerranée, projet centenaire.

> Février 1995. Marseille, élections municipales en vue, l'heure de Gaudin ?

> Mai 1994. Marseille sur Méditerranée cherche sa voie au Sud.

> Mars 1994. Fos, du mirage à la gestion

> Novembre 1993. Combat de titans autour d’une poubelle

> Octobre 1993. Dossier Marseille sort de sa torpeur.

> Septembre 1993. Marseille : ouverture du premier tunnel urbain à péage… et plan de circulation.

> Septembre 1993. Une issue à la énième crise de Sud Marine ?

> Septembre 1993. L'étang de Berre, de plan en plan.

> Septembre 1993. Marseille : Accor mélange ses étoiles.

> Septembre 1993. Marseille : Tapie rebondira-t-il ?

> Septembre 1993. Marseille : SOS Aménagement, le TGV se traîne.

> Aout 1993: Le Port désespère Marseille.

> Juillet 1993. En finir avec la décharge d’Entressen ?

> Juillet 1993. Marseille, La Canebière fait peau neuve

> Juillet 1993. Chambre régionale des comptes de Provence Alpes Côte d’Azur : Alain Seyriex remet les comptes à zéro.

> Juillet 1993. Port, la guerre des nerfs.

> Juillet 1993. Métropole, Zinzins unissez-vous !

> Juillet 1993. Marseille, indépendance ?

> Juin 1993. Fos-sur-Mer, 20 ans après.

> Juin 1993. Gardanne : l'impossible reconversion ?

> Juin 1993. Sous-traitance et dépendance ou la tragédie du monoclient.

> Juin 1993. Marseille veut offrir une vitrine à sa recherche médicale, une Villa Hippocrate.

> Juillet 1992. Sur les traces du Marquis de Sade en Provence, de Saumane à Marseille

> La tradition protestante à Marseille : 450 ans d’histoire.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic - Réalisation : Sitweb Concept