Enquêtes-reportages

Mars 2001 - Le Nouvel économiste

Prix de l’initiative locale
Correns (Var) :
la valeur ajoutée du bio

Les 661 habitants de Correns, un village varois blotti autour de son château sur les rives de l’Argens, viennent de plébisciter leur maire : 66 % au premier tour avec 80 % de votants. Un quitus pour une politique audacieuse de développement local axée sur l’agriculture bio.

« On ne passe pas à Correns, affirme le maire, Michaël Latz, on y vient ». Lui y est venu à l’âge de 9 ans après un parcours peu commun. D’origine juive allemande, sa famille a parcouru le monde pour se fixer au Burundi. Apatride dans cette terre coloniale, il devient belge. Son père est donc « africain » belge, sa mère « une femme libérée des années cinquante » est américaine. « Notre histoire familiale, dit-il, reflète les malheurs du XX° siècle. Lorsque nous nous réunissons, autour de ma mère, nous avons 13 passeports différents en poche ». Lui sera corrensois. En effet, lorsque l’indépendance sonne le glas du commerce de café, ses parents reprennent un domaine viticole à Correns. Michaël fera des études d’agronomie en Belgique. Spécialiste de l’économétrie, il fera deux années à la Cee. Puis il revient dans le Var et passe cinq années à la chambre d’agriculture. En 1986, il prend les rênes d’une coopérative de distribution en difficulté, la réoriente, la transforme et en fait une établissement, rebaptisé « Racine », de distribution d’agrofournitures et de produits viticoles et de jardinerie. Un succès : Racine réalise aujourd’hui 300 MF de chiffre d’affaires et son enseigne s’affiche sur tout le territoire varois.
Mais, c’est la politique locale qui tente cet ingénieur agro. Dès 1983, il entre au conseil municipal. Au poste d’adjoint, il observe pendant douze années, puis en 1995 se lance comme tête de liste. Maire, il a déjà pris la mesure des problèmes. « Le risque est démographique, constate-il. Le village perd ses habitants, vieillit, l’école va fermer. » Sa première mesure est de créer avec un organisme Hlm, le Logis familial varois, 10 nouvelles maisons. Et chaque fois qu’une maison est louée, le bailleur social s’engage à rénover un appartement du centre-ville. De jeunes couples s’installent et le dépérissement du centre ancien est arrêté. L’école était en perdition, elle compte trois classes au complet aujourd’hui.
Le village avait une ressource cachée : les gorges de Bagarèdes et du Vallon Sourn, splendide paysage verdoyant, avec ses falaises qui attirent dans le plus grand désordre les champions d’escalade d’Europe du Nord. Le maire coupe la poire deux. Un versant sera site protégé, l’autre aménagé. Un topo-guide est édité par la commune et un camping est créé. La première année 200 Allemands y piquent leur tente ! Un tourisme vert qui respecte et enrichit le village. Michaël Latz fait ses comptes : le camping rapporte 300 000 à 400 000 francs chaque année, les commerces locaux en profitent et la saison s’étend de mars à octobre.
Viticulteur lui-même, le maire doit se préoccuper de l’activité principale de ses concitoyens : la vigne. La coopérative bat de l’aile. À la belle époque, elle produisait 20 000 hectos. Elle atteint péniblement les 10 000. Correns compte 80 coopérateurs, avec des exploitations modestes, souvent moins de 10 hectares, en dessous du seuil de rentabilité diagnostique l’agronome.
L’opportunité se présente en 1996.La France constatant son retard dans le bio proposer une prime de 5 500.00 francs à l’hectare. De quoi amortir le choc d’une conversion. Le bio, qui consiste à nourrir le sol et non le plant, à supprimer les fongicides, herbicides et autres pesticides, coûte 30 % plus cher. La nouvelle génération viticole se laisse convaincre et les anciens aussi. Ils retrouvent dans le bio des techniques traditionnelles : la bouillie bordelaise, les amendements organiques, le labour et l’enherbement. 90 % des terres de Correns passent au bio. Un apiculteur, la coopérative oléicole, deux maraîchers et le boulanger, se convertissent.
Le talent du maire est alors d’en faire un axe de communication. Le « premier village bio de France » fait l’ouverture du 20 heures de TF1, la une des magazines et intéresse la profession. Une publicité qui agace les vieux artisans du bio Varois. Qu’importe, on parle de Correns et l’on y vient. Le vin qui ne se vendait qu’en vrac et à bas prix trouve client en bouteille, la coopérative baisse sa production de 30 %, mais augmente son chiffre d’affaires ! « Nous devons créer de la valeur sur place, plaide Michaël Latz. D’autres ont vendu leur village en terres constructibles. Ça fait marcher le bâtiment, mais c’est une création de valeur artificielle, éphémère. Nous, nous avons bloqué le Pos pour éviter le mitage de notre territoire. »
Cette image est un investissement. Le célèbre chef Clément Bruno qui cuisine la truffe à Lorgues accepte de reprendre l’auberge du village. On vient à Correns pour faire des produits de beauté bio, le village devient label. Le maire rêve d’attirer un hôtel, de construire une auberge de jeunesse, de bâtir un atelier relais… Cet apatride a définitivement pris racine.

Christian Apothéloz


Ecouter le répondeur historique de l'agence Sudreporter
Téléchargez Flash Player pour voir le lecteur.

> Juin 2006. Textile. oui, il fallait craindre le démantèlement des quotas et l’ouverture de l'OMC à la Chine.

> Mai 2006. Alger : trop proche, donc trop loin ?

> Janvier 2006. Accompagner plus et mieux les aventuriers de l’emploi.

> Juin 2005. Pôle de compétitivité : le réveil de la région Provence Alpes Côte d’Azur.

> Mai 2005. Cité euro-méditerranéenne de la mode. Les couleurs du Sud face à l’offensive asiatique.

> Août 2002. Les bons réseaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur : place aux jeunes.

> Août 2002. Sous le soleil exactement… l’entreprise.

> Mars 2002. Alcatel space à Cannes, plus qu’une entreprise, une légende.

> Juillet 2001. Saga Provence, Marseille, la Provence telle quelle et autrement.

> Juillet 2001. Avignon : l’envers du « off ».

> Mars 2001. Une ville une entreprise, La mine à Gardanne : objectif production zéro.

> Mars 2001. Une ville une entreprise, Rousset Atmel et ST Microelectronics.

> Mars 2001. Avec le TGV, une nouvelle eurorégion ?

> Mars 2001, Prix de l'initiative locale. Correns (Var). la valeur ajoutée du bio.

> Février 2001, Berytech en 2001: premier technopôle arabe du Moyen-Orient.

> Février 2001, Liban : La présence française « laïcisée ».

> Mars 2000, dossier. À Marseille, la Méditerranée est une évidence.

> Janvier 2000. Société marseillaise de crédit, une privatisation en douceur… et fermeté

> Avril 1999. Nice, Marseille, un fauteuil pour deux ?

> Avril 1999. Nice/Marseille : la guerre des tourismes.

> Janvier 1999. Enquête pour l'Église réformée de France parue dans le livre "La tentation de l’extrême droite". Paru en mai 2000, Editions Les bergers et les mages.

> Mars 1998. Marseille, Enquête agroalimentaire. Quand l’agroalimentaire devient un art… culinaire.

> Mars 1998. Médiapôle Saint Césaire. la maison des « cartoon »

> Mars 1998. Sophia reste la locomotive de la Côte d’Azur.

> Février 1998. Paca, Le pari technologique, douze ans après.

> Juin 1997. Il était une fois… Rousset la capitale française de la micro-électronique.

> Novembre 1996. Le groupe Hachette annonce le lancement du nouveau quotidien “La Provence”  ou  Le deuxième enterrement de Gaston Defferre.

> Juillet 1996. Fraude nigériane : comment blanchir les dollars ?

> Juin 1996. Le pizzaïolo, intégrateur social.

> Janvier 1996. Marseille, les soleils de la planète rap.

>Décembre 1995. Circuit Paul Ricard

> Mai 1995. Les 25 ans de Sophia-Antipolis, carrefour virtuel du savoir.

>Février 1995. Le projet de l'année, Euroméditerranée, projet centenaire.

> Février 1995. Marseille, élections municipales en vue, l'heure de Gaudin ?

> Mai 1994. Marseille sur Méditerranée cherche sa voie au Sud.

> Mars 1994. Fos, du mirage à la gestion

> Novembre 1993. Combat de titans autour d’une poubelle

> Octobre 1993. Dossier Marseille sort de sa torpeur.

> Septembre 1993. Marseille : ouverture du premier tunnel urbain à péage… et plan de circulation.

> Septembre 1993. Une issue à la énième crise de Sud Marine ?

> Septembre 1993. L'étang de Berre, de plan en plan.

> Septembre 1993. Marseille : Accor mélange ses étoiles.

> Septembre 1993. Marseille : Tapie rebondira-t-il ?

> Septembre 1993. Marseille : SOS Aménagement, le TGV se traîne.

> Aout 1993: Le Port désespère Marseille.

> Juillet 1993. En finir avec la décharge d’Entressen ?

> Juillet 1993. Marseille, La Canebière fait peau neuve

> Juillet 1993. Chambre régionale des comptes de Provence Alpes Côte d’Azur : Alain Seyriex remet les comptes à zéro.

> Juillet 1993. Port, la guerre des nerfs.

> Juillet 1993. Métropole, Zinzins unissez-vous !

> Juillet 1993. Marseille, indépendance ?

> Juin 1993. Fos-sur-Mer, 20 ans après.

> Juin 1993. Gardanne : l'impossible reconversion ?

> Juin 1993. Sous-traitance et dépendance ou la tragédie du monoclient.

> Juin 1993. Marseille veut offrir une vitrine à sa recherche médicale, une Villa Hippocrate.

> Juillet 1992. Sur les traces du Marquis de Sade en Provence, de Saumane à Marseille

> La tradition protestante à Marseille : 450 ans d’histoire.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic - Réalisation : Sitweb Concept