Enquêtes-reportages

Mars 2001 - Le Nouvel économiste

Une ville une entreprise
Rousset Atmel et STMicroelectronics

Le village compte 3610 habitants, la zone d’activités 6200 emplois industriels. 20 milliards de francs y auront été investis en moins de 10 ans. Comment cohabite cette ruralité peinte par Cézanne face à ce qui est devenu le premier pôle français de microélectronique ?

« J’ai deux villages », affirme le maire de Rousset, Jean Louis Canal. Avec une frontière, le ruban noir de l’autoroute d’Aix en Provence à Nice. Vers la Sainte Victoire s’étale le village traditionnel avec autour de sa mairie, de son église et de sa place ombrée de platanes, ses vignes de Côte de Provence ses plantations d’ail et ses oliviers protégés par une appellation d’origine contrôlée. 800 mètres plus bas la zone d’activités est depuis le milieu des années quatre-vingt-dix en chantier permanent. En cinq ans, elle est passée de 3 000 salariés à plus de 6 000. Un doublement dû aux investissements lourds de deux grands de la microélectronique : Atmel et ST.
Deux usines où le micron est roi. Tout s’y fait en atmosphère contrôlée. Atmel a construit en blanc et habille ses opérateurs en bleu. ST a bâti en rose et revêt ses agents de vert. ST investit cette année 560 millions de dollars dans un bâtiment de 70 000 m 2. Atmel construit 30 000 m2 dont 6000 de salles blanches et aura investi sur le site 6,2 milliards de francs.
ST doit sa présence à l’implantation dans les années quatre-vingt d’Eurotechnique, un joint-venture entre Saint Gobain et l’Américain National Semiconductors qui sera repris plus tard par Thomson. Paradoxalement, c’est la fermeture programmée de Thomson en 1990 qui va déclencher le saut quantitatif du site. Un sursaut mobilisateur qui permet de convaincre ST, (né de la fusion de Thomson Semi-conducteurs avec SGS Microeletronica), d’investir pour une usine 8 pouces.
Atmel a pris pied au même moment à Rousset. ES2 avait été fondé au début des années quatre-vingt, par les grands européens de la microélectronique, Philips, Saab, Siemens, Bull, British Aérospace, pour fabriquer les prototypes de circuits intégrés. En 94, son manager, Gérard Pruniaux sent que son outil de production à bout de souffle, est en danger… « Il fallait investir 10 millions de dollars », explique-t-il. Ses partenaires européens se font tirer l’oreille, hésitent et finalement refusent d’aller plus loin. Prudent, il se met en recherche de partenaires. Une quête soutenue par la Datar et Provence Promotion qui aboutira à une visite fructueuse du patron d’Atmel, Georges Perlegos à Rousset.
Depuis le boum de la microélectronique a fait le bonheur de la zone. Les prévisions ont explosé. Armel est passé de 254 salariés en 1995 à 1 500 aujourd’hui, dont 350 cadres et 550 techniciens. En 2000, ST a recruté 930 personnes à temps plein pour parvenir à un effectif de 2 971 salariés au 31 décembre dernier.
Le site est devenu stratégique pour les deux groupes. Pour l’américain Atmel, Rousset est, explique Bernard Pruniaux « la tête de pont vers l’Europe. Nous avons la confiance de notre actionnaire puisque nous construisons avec Fab7 la plus importante usine du groupe. » Le franco-italien ST a installé ici, son « ST University » qui accueille chaque année 5 000 stagiaire du monde entier.
Pour faire face aux recrutements, le Greta et l’Anpe ont mis en place des dispositifs spécifiques. « Nous ne sélectionnons pas sur diplôme, souligne Philippe Brun, 43 ans, patron de ST à Rousset. Nous avons mis au point des tests qui mesurent l’habileté des personnes à travailler en salle blanche ».
Le site a séduit grâce à son offre foncière, la qualité de la main d’œuvre, la disponibilité de fluides décisive dans ce métier et par son environnement : les paysages cézanniens, la proximité d’Aix-en-Provence, l’accès à l’aéroport. Toutes les qualités de la ville sans ses inconvénients. Bernard Pruniaux a converti ses actionnaires américains à la gastronomie provençale en les emmenant à la Galinière à Chateauneuf le Rouge et Laurent Roux, PDG de Ion Beam Service un sous-traitant de la micro séduit ses clients allemands en les installant à la Petite auberge de Trets face à la Sainte Victoire.
Les bonnes tables ne font pourtant pas le quotidien de la vie des 6000 salariés. La zone a grandi trop vite, plus vite que les politiques publiques. Les accès routiers sont sous-dimensionnés. « Pas un matin sans bouchon » déplore, Laurent Roux, qui travaille au regroupement de la microélectronique provençale. « L’immobilier est en retard, dénonce-t-il. Et la zone fait cohabiter des activités traditionnelles en chimie, mécanique, tôlerie avec la micro, c’est une zone hybride. » Tous les industriels se plaignent du manque d’hôtellerie. « Même Aix-en-Provence est sous équipée », souligne Philippe Brun.
Jean-Louis Canal se défend. « C’est vrai que nous avons gelé les investissements pendant un an dans l’attente de la nouvelle intercommunalité avec Aix-en-Provence. Mais nous avons fait un choix d’avenir, nous acceptons de partager la ressource fiscale pour que tout le bassin puisse profiter de ces nouvelles activités industrielles ». À terme, lorsque les exonérations de 5 ans seront échues, la microélectronique rapportera 400 MF de TP par an. Le maire annonce un hôtel 2 étoiles de 80 chambres, la construction de nouveaux locaux, l’ouverture du centre de vie. « Les discussions sont en cours avec Escota pour une sortie autoroutière : 40 MF à partager entre le département et la communauté d’agglomérations ». La route départementale s’aménage peu à peu. « On y roule en moyenne à 50 km/h, plaide le maire, pour un trajet domicile travail, ce n’est pas anormal. »
Seul un salarié sur cinq travaille dans la proximité. Rousset draine sa main-d’œuvre du Var jusqu’à Fos-sur-Mer en passant par Marseille. D’où des débats très vifs lors de la mise en place des 35 heures. Ce fut le baptême social de la microélectronique. Les entreprises sont passées à un rythme de trois jours travaillés, suivis de quatre jours de repos. Mais trois journées de 12 heures. « Nous avons vu le nombre d’accidents de trajets augmenter très gravement » dénonce Avelino Carvalho, secrétaire de l’Union locale Cgt. « Le travail en salle blanche, c’est l’enfer, nous disent les salariés, plus vite on en sort, mieux c’est. » Atmel a connu son premier conflit social, une grève de quelques jours pour inclure dans le temps de travail, les pauses et le vestiaire et passer à 10 heurs de travail effectif. Jocelyne Carmona médecin du travail déplore « les rythmes décalés de travail qui empêchent la vie familiale et le suivi des enfants à l’école ».
Mais l’inquiétude vient de la nature cyclique de la production sur le site. Le bas de cycle de la microélectronique corollaire du tassement des ventes d’informatique et de télécoms dans le monde a provoqué un gel des embauches et des fins de CDD non renouvelées. D’où un conflit à ST pour l’emploi. « Une question de rythme » soulignent les dirigeants. « Nous sommes là depuis 20 ans, souligne Philippe Brun, et à chaque sortie de cycle, nous ressortons plus fort » Un rythme subi par les co-traitants. « Nous avons connu, précise Laurent Roux, 40 % de croissance en 98, 20 % en 99 et nous serons à moins 10 % en 2001 ». « Dans la récession, on construit l’avenir, confirme Bernard Pruniaux. Nous sommes un bateau de course. Il faut affaler les voiles au plus tard et les remonter plus tôt que les autres. La flexibilité et l’adaptabilité sont nos atouts ».
Pour s’inscrire dans la durée, nous devons souligne Stéphane Salord, tout nouvel adjoint à l’économie de la communauté du pays d’Aix, « renforcer l’amont et l’aval du secteur ». L’amont avec l’enseignement et la recherche que devrait apporter l’école d’ingénieurs de la microélectronique annoncée par Lionel Jospin l’an dernier. Pour l’aval, les sous-traitants ont suivi, mais Bernard Pruniaux rêve, lui, de voir ses clients s’installer ici : « Nous saurons les attirer. »

Christian Apothéloz


Ecouter le répondeur historique de l'agence Sudreporter
Téléchargez Flash Player pour voir le lecteur.

> Juin 2006. Textile. oui, il fallait craindre le démantèlement des quotas et l’ouverture de l'OMC à la Chine.

> Mai 2006. Alger : trop proche, donc trop loin ?

> Janvier 2006. Accompagner plus et mieux les aventuriers de l’emploi.

> Juin 2005. Pôle de compétitivité : le réveil de la région Provence Alpes Côte d’Azur.

> Mai 2005. Cité euro-méditerranéenne de la mode. Les couleurs du Sud face à l’offensive asiatique.

> Août 2002. Les bons réseaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur : place aux jeunes.

> Août 2002. Sous le soleil exactement… l’entreprise.

> Mars 2002. Alcatel space à Cannes, plus qu’une entreprise, une légende.

> Juillet 2001. Saga Provence, Marseille, la Provence telle quelle et autrement.

> Juillet 2001. Avignon : l’envers du « off ».

> Mars 2001. Une ville une entreprise, La mine à Gardanne : objectif production zéro.

> Mars 2001. Une ville une entreprise, Rousset Atmel et ST Microelectronics.

> Mars 2001. Avec le TGV, une nouvelle eurorégion ?

> Mars 2001, Prix de l'initiative locale. Correns (Var). la valeur ajoutée du bio.

> Février 2001, Berytech en 2001: premier technopôle arabe du Moyen-Orient.

> Février 2001, Liban : La présence française « laïcisée ».

> Mars 2000, dossier. À Marseille, la Méditerranée est une évidence.

> Janvier 2000. Société marseillaise de crédit, une privatisation en douceur… et fermeté

> Avril 1999. Nice, Marseille, un fauteuil pour deux ?

> Avril 1999. Nice/Marseille : la guerre des tourismes.

> Janvier 1999. Enquête pour l'Église réformée de France parue dans le livre "La tentation de l’extrême droite". Paru en mai 2000, Editions Les bergers et les mages.

> Mars 1998. Marseille, Enquête agroalimentaire. Quand l’agroalimentaire devient un art… culinaire.

> Mars 1998. Médiapôle Saint Césaire. la maison des « cartoon »

> Mars 1998. Sophia reste la locomotive de la Côte d’Azur.

> Février 1998. Paca, Le pari technologique, douze ans après.

> Juin 1997. Il était une fois… Rousset la capitale française de la micro-électronique.

> Novembre 1996. Le groupe Hachette annonce le lancement du nouveau quotidien “La Provence”  ou  Le deuxième enterrement de Gaston Defferre.

> Juillet 1996. Fraude nigériane : comment blanchir les dollars ?

> Juin 1996. Le pizzaïolo, intégrateur social.

> Janvier 1996. Marseille, les soleils de la planète rap.

>Décembre 1995. Circuit Paul Ricard

> Mai 1995. Les 25 ans de Sophia-Antipolis, carrefour virtuel du savoir.

>Février 1995. Le projet de l'année, Euroméditerranée, projet centenaire.

> Février 1995. Marseille, élections municipales en vue, l'heure de Gaudin ?

> Mai 1994. Marseille sur Méditerranée cherche sa voie au Sud.

> Mars 1994. Fos, du mirage à la gestion

> Novembre 1993. Combat de titans autour d’une poubelle

> Octobre 1993. Dossier Marseille sort de sa torpeur.

> Septembre 1993. Marseille : ouverture du premier tunnel urbain à péage… et plan de circulation.

> Septembre 1993. Une issue à la énième crise de Sud Marine ?

> Septembre 1993. L'étang de Berre, de plan en plan.

> Septembre 1993. Marseille : Accor mélange ses étoiles.

> Septembre 1993. Marseille : Tapie rebondira-t-il ?

> Septembre 1993. Marseille : SOS Aménagement, le TGV se traîne.

> Aout 1993: Le Port désespère Marseille.

> Juillet 1993. En finir avec la décharge d’Entressen ?

> Juillet 1993. Marseille, La Canebière fait peau neuve

> Juillet 1993. Chambre régionale des comptes de Provence Alpes Côte d’Azur : Alain Seyriex remet les comptes à zéro.

> Juillet 1993. Port, la guerre des nerfs.

> Juillet 1993. Métropole, Zinzins unissez-vous !

> Juillet 1993. Marseille, indépendance ?

> Juin 1993. Fos-sur-Mer, 20 ans après.

> Juin 1993. Gardanne : l'impossible reconversion ?

> Juin 1993. Sous-traitance et dépendance ou la tragédie du monoclient.

> Juin 1993. Marseille veut offrir une vitrine à sa recherche médicale, une Villa Hippocrate.

> Juillet 1992. Sur les traces du Marquis de Sade en Provence, de Saumane à Marseille

> La tradition protestante à Marseille : 450 ans d’histoire.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic - Réalisation : Sitweb Concept