Enquêtes-reportages

Août 2002 - l’Entreprise

Les bons réseaux en
Provence-Alpes-Côte d’Azur : place aux jeunes

La Région Provence-Alpes-Côte d’Azur est neuve. Sa population, son économie doivent peu de choses au passé. Bien sûr, certaines entreprises s’enraciner dans une longue tradition familiale. Mais elles sont l’exception. La majorité des vieilles familles marseillaises ne sont plus dans les affaires. Pour une compagnie Daher, héritière d’un siècle de négoce, combien d’entreprises nouvelles, fondées sur au maximum deux générations ? Donc, peu de rites et peu de castes, sauf en politique. Mais par contre une grande vivacité des réseaux. Un mode informel de relations, qui assure l’entrepreneur du soutien, de la bonne volonté, de la compétence de ses pairs.

Il faut se former à ce métier de patron polymorphe et mouvant. Pour les jeunes dirigeants, deux filières s’offrent à lui. La Jeune chambre économique et le Cjd. La Jeune chambre est très marquée par son appartenance à un mouvement international, avec une charte très morale, inspirée du monde anglo-saxon. Le Jce va s’investir dans une commission qui doit piloter une action civique : de l’éclairage nocturne des statues qui ornent les angles de maisons marseillaises à un prix de l’innovation en passant par un débat interreligieux. Le CJD est plus sélectif sur son recrutement et accorde beaucoup d’importance à la formation de ses membres, à leur action collective de lobbying dans la cité. Il est un réservoir de responsables patronaux.
Le Centre des jeunes dirigeants vit par ses sections actuelles, mais surtout par le vivier des anciens. En remontant très loin, quand le CJD était encore le Centre des jeunes patrons. Pierre Bellon, marseillais et fondateur de la Sodhexo en a fait partie. Il est parti d’un modeste capital dans la cité phocéenne et est devenu le leader mondial de la restauration collective avec plus de 250 000 salariés. « Au Cjd, confie un ancien président, on apprend à tutoyer une génération de patrons ». L’adhésion au Cjd est un engagement. Les jeunes dirigeants y passent en moyenne trois années intenses : formations, débats, initiatives citoyennes. Le jeune patron sort de sa coquille. Il apprend les règles et les rouages des institutions. Il s’affirme vis-à-vis de ses pairs dans une ambiance décontractée. Chaque section a sa personnalité. Marseille a toujours été frondeuse face à la direction parisienne. Le Cjd marseillais est l’école du patronat local. Il a formé des conseillers municipaux, des délégués consulaires, des élus patronaux en grand nombre. Comme Marseille et Aix se regardent en chiens de faïence, les deux sections n’ont pas toujours les mêmes points de vue. Aix est plus critique face à la représentation patronale officielle, au diapason de la direction nationale. Nice a longtemps fait bande à part. Aujourd’hui, les JD niçois se posent les bonnes questions. Fabien Paul, patron de presse et past-président est très fier d’avoir par exemple pu faire dialoguer sur l’abus de bien social Éric de Mongolfier et Arnaud Montebourg. Il reviendra à Gérard Leseur, Président régional d’avoir su fédérer ces différences pour accueillir le Congrès national en juin dernier dans la capitale régionale.

Après 45 ans, le jeune patron doit quitter le cocon J.-D. Les quadras et les quinquas qui n’avaient pas embrassé les carrières consulaires ou politiques étaient orphelins de club et de rencontre jusqu’à ce que Pierre Bellon invente les Clubs Apm, Association progrès du management. C’était il y a 17 ans, ils sont aujourd’hui 170 en France dont 6 dans les Bouches-du-Rhône. Le principe est simple : vous prenez une quinzaine de managers, vous les enfermez pendant une journée (dix fois par an) avec un consultant de bon niveau, vous agitez, vous laissez discuter dans un cadre convivial et vous produisez de la formation et bientôt de l’auto-formation car l’échange d’expérience, devient le vrai moteur de ces clubs patronaux. Restaient les cadres dirigeants. Pour eux, à l’initiative de l’Apm ont été créés les groupes Germe, Groupe d’entraînement et de réflexion au management des entreprises. Deux groupes sont actifs dans les Bouches-du-Rhône. Les principes de travail sont les mêmes que ceux de l’Apm, mais avec le souci de coller aux problèmes concrets de l’équipe dirigeante : délégation, décision, négociation, création, imagination, éthique, sont à l’ordre du jour.
Ces réseaux ne sont naturellement pas les seuls. Les syndicats de branches, chimie, métallurgie, bâtiment… sont très vivaces. Des regroupements comme la Céfim Communauté économique et financière méditerranéenne, le Mouvement français pour la qualité, l’Institut méditerranéen de l’eau, constituent des opportunités de rencontre autour du métier. Enfin, à condition d’y avoir étudié, les associations d’anciens élèves de Sciences po Aix, de l’IAE, de l’Institut d’administration des entreprises d’Aix et des Sup. de co de Marseille et Nice sont très vivaces.

Christian Apothéloz


Ecouter le répondeur historique de l'agence Sudreporter
Téléchargez Flash Player pour voir le lecteur.

> Juin 2006. Textile. oui, il fallait craindre le démantèlement des quotas et l’ouverture de l'OMC à la Chine.

> Mai 2006. Alger : trop proche, donc trop loin ?

> Janvier 2006. Accompagner plus et mieux les aventuriers de l’emploi.

> Juin 2005. Pôle de compétitivité : le réveil de la région Provence Alpes Côte d’Azur.

> Mai 2005. Cité euro-méditerranéenne de la mode. Les couleurs du Sud face à l’offensive asiatique.

> Août 2002. Les bons réseaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur : place aux jeunes.

> Août 2002. Sous le soleil exactement… l’entreprise.

> Mars 2002. Alcatel space à Cannes, plus qu’une entreprise, une légende.

> Juillet 2001. Saga Provence, Marseille, la Provence telle quelle et autrement.

> Juillet 2001. Avignon : l’envers du « off ».

> Mars 2001. Une ville une entreprise, La mine à Gardanne : objectif production zéro.

> Mars 2001. Une ville une entreprise, Rousset Atmel et ST Microelectronics.

> Mars 2001. Avec le TGV, une nouvelle eurorégion ?

> Mars 2001, Prix de l'initiative locale. Correns (Var). la valeur ajoutée du bio.

> Février 2001, Berytech en 2001: premier technopôle arabe du Moyen-Orient.

> Février 2001, Liban : La présence française « laïcisée ».

> Mars 2000, dossier. À Marseille, la Méditerranée est une évidence.

> Janvier 2000. Société marseillaise de crédit, une privatisation en douceur… et fermeté

> Avril 1999. Nice, Marseille, un fauteuil pour deux ?

> Avril 1999. Nice/Marseille : la guerre des tourismes.

> Janvier 1999. Enquête pour l'Église réformée de France parue dans le livre "La tentation de l’extrême droite". Paru en mai 2000, Editions Les bergers et les mages.

> Mars 1998. Marseille, Enquête agroalimentaire. Quand l’agroalimentaire devient un art… culinaire.

> Mars 1998. Médiapôle Saint Césaire. la maison des « cartoon »

> Mars 1998. Sophia reste la locomotive de la Côte d’Azur.

> Février 1998. Paca, Le pari technologique, douze ans après.

> Juin 1997. Il était une fois… Rousset la capitale française de la micro-électronique.

> Novembre 1996. Le groupe Hachette annonce le lancement du nouveau quotidien “La Provence”  ou  Le deuxième enterrement de Gaston Defferre.

> Juillet 1996. Fraude nigériane : comment blanchir les dollars ?

> Juin 1996. Le pizzaïolo, intégrateur social.

> Janvier 1996. Marseille, les soleils de la planète rap.

>Décembre 1995. Circuit Paul Ricard

> Mai 1995. Les 25 ans de Sophia-Antipolis, carrefour virtuel du savoir.

>Février 1995. Le projet de l'année, Euroméditerranée, projet centenaire.

> Février 1995. Marseille, élections municipales en vue, l'heure de Gaudin ?

> Mai 1994. Marseille sur Méditerranée cherche sa voie au Sud.

> Mars 1994. Fos, du mirage à la gestion

> Novembre 1993. Combat de titans autour d’une poubelle

> Octobre 1993. Dossier Marseille sort de sa torpeur.

> Septembre 1993. Marseille : ouverture du premier tunnel urbain à péage… et plan de circulation.

> Septembre 1993. Une issue à la énième crise de Sud Marine ?

> Septembre 1993. L'étang de Berre, de plan en plan.

> Septembre 1993. Marseille : Accor mélange ses étoiles.

> Septembre 1993. Marseille : Tapie rebondira-t-il ?

> Septembre 1993. Marseille : SOS Aménagement, le TGV se traîne.

> Aout 1993: Le Port désespère Marseille.

> Juillet 1993. En finir avec la décharge d’Entressen ?

> Juillet 1993. Marseille, La Canebière fait peau neuve

> Juillet 1993. Chambre régionale des comptes de Provence Alpes Côte d’Azur : Alain Seyriex remet les comptes à zéro.

> Juillet 1993. Port, la guerre des nerfs.

> Juillet 1993. Métropole, Zinzins unissez-vous !

> Juillet 1993. Marseille, indépendance ?

> Juin 1993. Fos-sur-Mer, 20 ans après.

> Juin 1993. Gardanne : l'impossible reconversion ?

> Juin 1993. Sous-traitance et dépendance ou la tragédie du monoclient.

> Juin 1993. Marseille veut offrir une vitrine à sa recherche médicale, une Villa Hippocrate.

> Juillet 1992. Sur les traces du Marquis de Sade en Provence, de Saumane à Marseille

> La tradition protestante à Marseille : 450 ans d’histoire.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic - Réalisation : Sitweb Concept